Hesperian Health Guides

Ce que vous pouvez faire pour être à l’abri de la violence

Auto-défense

Le fait d’avoir un handicap ne signifie pas que vous devez accepter que vous soyez faible et que vous devez toujours dépendre des autres. Vous pouvez apprendre à vous défendre et à faire face à l’abus, à la violence ou aux agressions sexuelles.

Vous pouvez commencer par empêcher les gens de vous offrir de l’ ‘aide’ que vous ne voulez pas ou dont vous n’avez pas besoin. C’est l’un des moyens de montrer aux gens, votre capacité à vous exprimer et à prendre vos propres décisions. Bien que la personne proposant son “aide” puisse ne pas essayer de vous blesser, n’ayez pas peur de lui dire d’arrêter, même si elle semble ennuyée. Si il y’a des gens à côté, parlez assez fort pour qu’ils puissent vous entendre également. Essayez d’être ferme mais pas nécessairement impolie envers les personnes qui vous proposent une aide sincère mais que vous ne voulez pas.

Ne pensez jamais que vous êtes seule. Vous faites partie d’un mouvement mondial de femmes et d’hommes qui travaillent pour mettre fin à la violence contre les femmes.

un homme touchant le bras d’une femme utilisant des béquilles.

Lorsque les hommes pensent qu’ils sont libres de vous toucher, ils peuvent penser qu’ils peuvent facilement profiter de vous. Si quelqu’un vous touche sans votre permission, dites-lui les trois réponses suivantes :

  1. “Vous êtes en train de me toucher.”
  2. “Je n’aime pas cela.”
  3. “Enlevez vos mains de là.”


Si la personne commence à pousser votre fauteuil roulant, dites fermement et d’une voix forte :

“Vous poussez mon fauteuil.”

“Ne pousse pas mon fauteuil.”

“Je ne veux pas que vous fassiez cela.”
WWD Ch14 Page 308-2.png “Vous tenez mon bras.”

“Ne touchez pas mon bras.”
WWD Ch14 Page 308-3.png

Si quelqu’un vient vers vous et que vous pensez qu’il peut vous blesser, essayez ceci :

une femme sur un fauteuil roulant, parlant.
STOP ! Ne vous approchez pas !


une femme assise droite et tenant les roues de son fauteuil.
Cette femme semble confiante et assurée.

Souvent, cette action est suffisante pour faire fuir la personne. Elle pensera que vous aurez trop de mal à profiter de la situation. Si elle continue à s’approcher, criez au secours.

Les agresseurs choisissent en général les personnes qui semblent facile à blesser. Et une femme handicapée, quel que soit son handicap, peut sembler facile à agresser, surtout si elle semble perdue ou ne sait pas où elle se trouve. Donc le fait d’agir d’une manière assurée avec beaucoup de confiance en soi est très important que de savoir se défendre physiquement. Le fait d’être assuré est la meilleure protection pour une femme. Lorsqu’une femme est assurée, elle se déplace, parle, et agit comme si elle a le droit d’être partout où elle se trouve. Elle agit avec confiance et se comporte comme une femme forte et fière. Pour plus d’informations, voir le chapitre sur l’estime de soi.

Ce qu’il faut faire lorsque vous êtes agressée

Si une femme résiste à quelqu’un qui essaie de la blesser, elle peut parfois éviter le viol. Certaines personnes pensent que le fait d’essayer d’éviter un viol, énervera davantage l’agresseur. Mais, un agresseur constitue déjà un danger. Le fait de résister à un viol peut vous aider à fuir parce que cela peut montrer à l’agresseur qu’il ne sera pas facile de vous violer.

Si quelqu’un vous agresse ou essaie de vous violer, faites tout ce que vous pouvez pour fuir :

  • Faites quelque chose qu’il trouve dégoutant comme baver ou cracher.
  • Blessez les parties sensibles de son corps, tels que les yeux, le nez, ou les testicules (couilles) en le griffant, en le frappant ou en lui donnant un coup de pied.
  • Roulez votre fauteuil aussi vite que possible vers la personne.


Faites du bruit, criez, ou hurlez “NON !”
Criez le plus fort possible : “A L’AIDE !”
Jetez de la poudre de chili, du piment, ou des saletés dans ses yeux. Cela le rendra aveugle pendant un moment et il aura très mal. Vous pourrez fuir.
une femme criant tandis qu’un homme l’agresse.
NON !
WWD Ch14 Page 310-2.png
Si vous n’avez pas d’équilibre, il est préférable de vous asseoir avant de commencer à vous défendre ou à reprendre la lutte. Lorsque votre agresseur se penche, frappez son nez et ses yeux. Vous pouvez aussi utiliser votre tête pour taper son nez.
une femme à genoux utilisant sa canne pour se défendre.
une femme qui n’a pas de bras, frappant un homme avec sa tête.
Le fait de s’asseoir ou de se mettre à genoux constitue une position de défense sûre pour les femmes qui utilisent des béquilles, dont les jambes sont faibles, ou qui ne peuvent pas tenir sur leurs pieds. Une fois que vous êtes assise, frappez-le avec votre béquille ou votre canne.


Si vous utilisez un bâton ou une canne, vous pouvez être désorientée si ilest repoussé. Si vous pensez que quelqu’un est sur le point de vous agresser, tournez votre canne pour que l’extrémité courte et épaisse soit pointée vers l’homme. Frappez-le avec le bâton aussi fort que vous pouvez. Ne balancez pas votre bâton comme une batte de baseball ou de cricket. Cela le rend plus facile à saisir ou à repousser.

Il est préférable de frapper l’agresseur avec l’extrémité courte de votre canne plutôt qu’avec l’extrémité longue.

une femme aveugle donnant un coup à un homme avec la partie supérieure de sa canne.

une femme frappant les pieds d’un homme avec l’arrière de ses béquilles.
Si vous utilisez des béquilles, utilisez-les comme une arme pour le frapper.

Si vous êtes aveugles

WWD Ch14 Page 311-1.png
Soulevez votre genou, et enfoncez-le rudement et rapidement dans ses testicules (boules).

Les femmes aveugles peuvent perdre leurs repères lorsque quelqu’un les attaque. Mais vous pouvez utiliser le corps de celui qui vous attaque pour vous défendre. Essayez de trouver l’endroit qui relie l’épaule et le cou. C’est l’un des endroits les plus faciles à trouver, et il vous donne des bonnes informations sur la position du reste du corps. Ainsi, vous pouvez frapper les parties sensibles.

Demandez à un ami de vous aider à vous entraîner à trouver l’épaule rapidement, puis à trouver les parties sensibles du corps. Votre ami peut aussi vous aider à vous entraîner à trouver une canne qui est tombée.

Mettre en pratique vos compétences

La pratique de l’auto-défense peut vous aider à vous sentir plus en sécurité et plus confiante, même si vous n’avez jamais été agressée. Apprenez à avoir une attitude forte et assurée. Pensez aux différentes manières de vous défendre et essayez-les avec d’autres femmes. Vous pouvez vous organiser en groupe pour vous entraîner ensemble. Dans certains cours d’auto-défense, les femmes s’entrainent à frapper le plus fort possible. Elles peuvent frapper un mannequin ou une autre femme enveloppée dans du linge ou des coussins. Cela est très utile pour les femmes qui ne sont habituées à la lutte.

Les familles et les donneurs de soins peuvent prévenir l’abus

une petite femme, parlant.
Rappelez-vous, même si vous ne pouvez pas vous défendre, ce n’est pas de votre faute si vous êtes agressée ou violée.

Les filles et les femmes qui grandissent avec un handicap sont régulièrement touchées, examinées et transportées par les membres de la famille, les donneurs de soins et les agents de santé. Cela se passe souvent sans leur permission. Toute femme, qu’elle soit handicapée ou non, a le droit de décider de la personne qui la touche.

une femme parlant
Le corps d’une femme doit toujours être traité avec respect.

Les familles et les donneurs de soins peuvent œuvrer à prévenir les abus sexuels en aidant les filles à connaitre la différence entre le ‘bon contact’ et le ‘mauvais contact.’ Vous devez toujours demander la permission avant de la toucher. Si elle a besoin d’aide pour les soins personnels et les activités quotidiennes, laissez-la toujours exprimer ce qu’elle veut que vous fassiez. Laissez-la vous dire comme toucher ou positionner son corps pour qu’elle soit à l’aise. Apprenez aux filles handicapées à dire ‘NON’ à ce qu’elles ne veulent pas.

Parlez du viol et de l’abus sexuel aux filles handicapées, et assurez-vous qu’elles apprennent à se défendre.

Si vous éduquez une fille handicapées avec amour et respect, elle sera une femme confiante et assurée, et les autres personnes seront moins susceptibles de la maltraiter.

Les communautés peuvent prévenir la violence et l’abus

Lorsqu’ une communauté pense que l’abus est une chose terrible, il est rare qu’une femme en soit victime. Si les femmes handicapées sont considérées comme des membres importants de la communauté, peu d’entre elles seront victimes d’abus. Mais dans les endroits où les communautés pensent que les femmes handicapées ne valent rien, bon nombre d’entre elles sont victimes d’abus.

Apporter de l’aide aux femmes qui sont victimes d’abus, surtout celles handicapées. Les centres d’aide des victimes de viol, les centres d’accueil d’urgence, les centres d’accueil et autres programmes de lutte contre l’abus et la violence peuvent initier des programmes spéciaux pour aider les femmes handicapées. Assurez vous que les immeubles soient accessible et que les informations appropriées soient disponibles pour les femmes aveugles et sourdes, et pour celles qui ont des difficultés d’apprentissage.

Les centres de santé, les écoles, les centres d’assistance, les églises ou les sages de la communauté peuvent aider à la prise en charge de la santé mentale des personnes qui ont subi des abus. L’assistance peut permettre aux personnes qui ont été victimes d’abus de retrouver la confiance, l’estime de soi, et le bien-être.

Former et impliquer les hommes dans les discussions sur les effets néfastes de l’abus. Assurez-vous que la police et les autres leaders de la communauté comprennent qu’il n’est jamais CORRECT d’abuser d’une femme handicapée. Recruter des personnes qui maitrisent le langage de signes dans tous les services communautaires, tels que les commissariats de police, les cliniques, et les hôpitaux.

a woman speaking.
Recruter des femmes en tant que policières et leur dispenser une formation spéciale pour qu’elles aident les femmes qui sont victimes d’abus.

Renseignez-vous sur les droits de votre pays qui protègent les femmes victimes d’abus et expliquez-les aux autres. Organisez des rencontres avec les femmes, y compris les femmes handicapées pour discuter de et protester contre la violence et l’abus contre les femmes. Si les femmes handicapées, les agents de santé, et les autres membres de la communauté parlent ouvertement de ces problèmes et travaillent pour mettre fin à la violence, les femmes seront à l’abri de la violence.

Un grand groupe de femmes et d’hommes discutant.
La violence n’est pas seulement un problème familial. Elle est un problème de santé social et communautaire.
une femme utilisant le langage de signes.
On devrait croire en une femme si elle dit qu’a été victime d’abus. Elle doit être soutenue qui qu’elle soit.



Cette page a été mise à jour : 07 août 2020