Hesperian Health Guides

Les problèmes de santé des enfants

Malgré tous nos efforts en matière de prévention, les enfants peuvent encore parfois tomber malades. Chez les enfants, une maladie peut s'aggraver très rapidement. Il est donc important de noter tous les signes précurseurs d'une maladie et de les traiter immédiatement.

  
Danger.png
 Les signes de danger
Un enfant présentant un de ces signes nécessite un traitement rapide et une attention particulière. En le soignant, l'enfant peut rapidement aller mieux. S'il présente plus d'un de ces signes ou si l'un de ces signes s'aggrave, l'enfant est en danger :
  • Déshydratation. Une absence d'urine, une bouche sèche ou un creux mou sur la tête d'un nourrisson sont des signes de déshydratation. La déshydratation mets sa vie en danger. Voir ci-dessous.
  • Convulsions. Périodes brèves et soudaines de perte de connaissance accompagnées de mouvements brusques se manifestant souvent en cas de forte fièvre.
  • Léthargie. Les signes de faiblesse ou de fatigue générale ne sont ni normaux ni sains. Un manque d'intérêt pour la nourriture et la confusion mentale sont notamment inquiétants. Toute maladie grave peut mener à ce problème.
  • Difficultés respiratoires ou respiration accélérée. Il s'agit de signes de pneumonie qui peuvent être mortels chez les jeunes enfants.

La déshydratation

La déshydratation est un manque d'eau dans le corps. La plupart des enfants qui meurent d'une diarrhée meurent de déshydratation. Le traitement consiste simplement à boire davantage pour remplacer les fluides manquants. Il s'agit de la réhydratation. La réhydratation traitera la déshydratation due à la diarrhée, au vomissement ou au fait de travailler longtemps dans un environnement ou un bâtiment très chaud. La déshydratation due à la diarrhée est très dangereuse chez les jeunes enfants. Surveillez constamment les signes suivants :

Les signes de la déshydratation
  • Avoir une diarrhée même s'il n'y a pas d'autres signes de déshydratation
  • Avoir soif (mais les enfants ne disent pas toujours qu'ils ont soif)
  • Avoir la bouche et la langue (lorsque vous touchez l'intérieur des joues de l'enfant, cela vous paraît sec)
  • Uriner moins souvent et avoir une urine foncée

Commencez le traitement immédiatement avant que les signes n’empirent.

Les signes qui montrent que la déshydratation s'aggrave
  • Être léthargique : fatigué, manque d'énergie
  • Un pouls rapide
  • Une respiration plus profonde
  • Des yeux creux, sans larmes
  • La peau qui reste dans sa forme étirée lorsque vous la pincez



Soulevez la peau du dessus de la main ou de l'estomac entre deux doigts, comme cela. Si la peau ne retombe pas à sa place normale, l'enfant est peut être déshydraté.
Une main soulevant la peau
la peau garde sa forme étirée

Lorsque la déshydratation devient grave comme ici, l'enfant est en grand danger. Un traitement rapide peut sauver la vie de l'enfant.

Le traitement et la prévention

Le traitement de la déshydratation est simple : donner des liquides à boire. Consultez la recette d’une boisson réhydratante qui sauve des vies. Si l'état de l'enfant ne s'améliore pas rapidement, demandez de l'aide.

Le l’ait maternel

Si vous allaitez un enfant déshydraté, continuez à le faire téter et donnez-lui également des boissons réhydratantes. Allaitez votre enfant plus souvent, au moins toutes les 2 heures. Laissez votre enfant téter aussi longtemps qu'il le souhaite.

La diarrhée

Les selles molles et liquides sont désignées sous le terme de diarrhée. Plusieurs raisons peuvent expliquer la diarrhée chez l'enfant, la principale étant la dissémination de germes due à de mauvaises conditions sanitaires ou à la malnutrition. Bien que la diarrhée se soigne généralement sans l'aide de médicaments, un traitement reste essentiel pour toute personne souffrant de diarrhée. Ce traitement consiste à boire des liquides pour remplacer les fluides perdus dans les selles. S'il ne boit pas de liquides, un enfant souffrant de diarrhée peut en perdre une telle quantité qu'il peut en mourir.

Pour sauver la vie d'un enfant, donnez-lui des liquides pour remplacer ceux qu'il a perdus.

Pensez-vous que faire boire un enfant aggravera la diarrhée ? Bien que cette déduction puisse paraître logique puisque les selles diarrhéiques d'un enfant sont liquides, les liquides ne provoquent pas la diarrhée.

Empêcher l'enfant de boire n'améliore pas la diarrhée. Au contraire, cela le met en danger.
Un enfant maigre souffrant de diarrhée
Boire des liquides c’est ce qu’il faut faire en cas de diarrhée.
Un enfant joyeux et en bonne santé tenant un verre d'eau

Cliquez ici pour en savoir plus sur la diarrhée. Ces consignes et traitements concernent uniquement les enfants.

Le traitement

Un enfant très maigre et malade assis qui tient  un verre d'eau

  1. Donnez une boisson réhydratante. Pour un enfant âgé de moins de 2 ans, donnez au moins ¼ de verre après chaque selle liquide. Pour un enfant âgé de plus de 2 ans, donnez ½ verre après chaque selle liquide. Une boisson réhydratante désigne de l'eau mélangée avec un peu de sel et de sucre ou de céréales cuites. Certaines personnes ajoutent un peu de jus de citron pour une question de goût.
  2. Une femme préparant des flocons d'avoine
  3. Donnez à manger. Les enfants ne disent pas toujours qu'ils ont faim. S'ils ne mangent pas, ils s'affaiblissent et tombent malades. Soyez patient. Donnez seulement quelques cuillerées 6 fois par jour ou plus. Donnez progressivement de plus grosses quantités en fonction de l'amélioration de l'état de l'enfant. Enrichissez ses flocons d'avoine avec des aliments énergétiques tels que des cacahuètes (concassées), des œufs, du poisson séché, des yaourts, des avocats ou encore des bananes. Lorsque vous ne disposez pas de protéines ou de légumes, ajoutez une cuillère d'huile aux flocons d'avoine.
  4. Une mère allaitant son enfant
    Le lait maternel remplace les fluides et les nutriments perdus avec la diarrhée.
  5. Évitez les médicaments antidiarrhéiques. Ils servent seulement de bouchon et ne permettent pas de lutter véritablement contre la diarrhée et les infections à l'intérieur de l'organisme. Les antibiotiques ne sont utiles que dans certains cas de choléra et de diarrhée sanglante.
  6. Prévenez la récurrence des diarrhées en améliorant les conditions sanitaires et la nutrition.

La malnutrition et la diarrhée

Les enfants malnourris souffrent plus souvent de diarrhée et ont plus de mal à en guérir. En effet, ces 2 maladies se développent mutuellement dans un cycle nuisible.

Un enfant malnourri
1. Une alimentation insuffisante (malnutrition) nuit à l'ensemble de l'organisme, y compris à l'intestin.
2. L'intestin, altéré par la malnutrition, n'absorbe que peu d'aliments. La nourriture ne fait qu'y passer rapidement. La diarrhée apparaît alors.
3. Aller constamment à la selle draine le corps des nutriments. Ce manque d'éléments nutritifs dans l'alimentation entraîne alors la malnutrition.
La malnutrition cause la diarrhée et la diarrhée cause la malnutrition.

Arrêter ce cycle infernal empêchera l'enfant de mourir d'une association de diarrhée et de malnutrition ou d'une des nombreuses infections qui affectent les enfants affaiblis en permanence par la faim et la diarrhée.

Si vous ne disposez que de peu d'argent, dépensez-le pour nourrir votre enfant. Nourrir votre enfant le renforcera et lui permettra de guérir plus vite, il sera donc moins susceptible d'avoir une nouvelle diarrhée.

Pour traiter la malnutrition sévère, cliquez ici.

Le zinc aide à lutter contre la diarrhée
Le zinc est un minéral qui aide à atténuer les diarrhées chez les enfants. Si vous avez du zinc et que votre enfant souffre de diarrhée, donnez-lui-en.

Pour les nourrissons âgés de 2 à 6 mois : donnez 10 mg de zinc tous les jours pendant 10 jours. Écrasez le comprimé et mélangez-le avec un peu de lait maternel.

De 6 mois à 5 ans : donnez 20 mg de zinc tous les jours pendant 10 jours.

Les vomissements

Certains enfants vomissent plus souvent que d'autres. Mais lorsqu'un enfant vomit beaucoup ou présente des signes de déshydratation, donnez-lui une boisson réhydratante. Commencez par lui donner juste une cuillerée toutes les 15 minutes, même s'il continue à vomir. S'il ne rejette pas ce qu'il vient de boire, donnez-lui une cuillerée toutes les 5 minutes. Augmentez ensuite les doses. En lui donnant le plus tôt possible davantage de liquides et de nourriture, vous pouvez aider l'enfant à retrouver des forces.

La fièvre

Les enfants ont souvent de la fièvre lorsque leur corps lutte contre une maladie. Cette fièvre peut être assez élevée. Soulagez votre enfant en lui donnant du paracétamol (acétaminophène) ou de l'ibuprofène. Des vêtements humides et un bain frais (mais pas froids) peuvent également l'aider. Donnez-lui beaucoup de liquides pour prévenir la déshydratation. Une fièvre élevée chez un jeune enfant peut provoquer une convulsion. Lorsqu'elle est élevée, la fièvre peut également signaler l'apparition d'une infection grave. Le meilleur réflexe face à un enfant fiévreux est de déterminer la cause de sa fièvre et d'en traiter l'origine.

Les signes de danger et les causes de la fièvre
En cas de fièvre et du problème suivant... Cela peut être...
Torticolis ou forte migraine Méningite
Éruption cutanée Rougeole
Toux persistante Tuberculose
Maux d'estomac, diarrhée ou constipation, parfois accompagnés de tâches roses sur le ventre ou sur les flancs. (En cas de typhoïde, la fièvre augmente généralement progressivement pendant environ une semaine et des maux de ventre apparaissent.) Typhoïde
Voir Quelques maladies infectieuses graves (en cours d’écriture).
Les frissons et la fièvre sont courants si vous vivez dans une zone de paludisme Paludisme
Un thermomètre indiquant les différents degrés de fièvre à partir de 37,5 degrés Celsius et une fièvre élevée à partir de 39 degrés Celsius
Celsius
Fahrenheit
Température trop basse
N O R M A L E
Fièvre
Fièvre élevée

Le paludisme

Le paludisme est expliqué en détail dans Quelques maladies infectieuses graves (en cours d’écriture). Le paludisme est une des principales causes de mortalité des enfants dans les régions où on le rencontre.

Les signes
  • Fièvre
  • Frissons ou sueurs
  • Maux de tête, douleurs musculaires, maux de ventre
  • Vomissement ou diarrhée
Le traitement

Si possible, effectuez un test de dépistage avant d'utiliser un traitement antipaludéen. Si vous ne pouvez effectuer un test de dépistage et que le paludisme sévit dans l'endroit où vous vivez, commencez immédiatement un traitement antipaludéen si vous ne pouvez déterminer une autre cause expliquant la fièvre.

L'anémie est courante chez les enfants atteints de paludisme, il est donc recommandé de leur donner également des suppléments en fer.

Les signes de danger
  • Difficultés respiratoires
  • Convulsions, confusion, perte de connaissance ou tout autre signe d'infection cérébrale (voir La méningite).

Tous ces signes mettent la vie de l'enfant en danger et constituent une urgence médicale. Injectez immédiatement de l'artésunate. Si vous n'en disposez pas, injectez de la quinine. Voir Quelques maladies infectieuses graves (en cours d’écriture).

La prévention

Voir Quelques maladies infectieuses graves (en cours d’écriture) pour connaître de nombreux moyens de réduire l'incidence du paludisme au sein de votre famille ou de votre communauté.

Un enfant protégé contre un énorme moustique grâce à une moustiquaire
Éloignez le paludisme en installant des moustiquaires sur les lits et aux fenêtres.

Les crises et les convulsions

Un enfant ayant une convulsion

Les convulsions sont des crises soudaines et généralement brèves entraînant une perte de connaissance ou des changements dans l'état mental. Elles sont souvent accompagnées de mouvements brusques. L'enfant qui fait une convulsion peut toutefois parfois être très calme.

Un jeune enfant peut convulser à cause d'une fièvre élevée, de déshydratation, d'une blessure, du paludisme ou pour d'autres raisons. Les convulsions récurrentes sont désignées sous le terme d'épilepsie. Voir Les problèmes à la tête et au cerveau (en cours d’écriture).

Lors d'une convulsion, dégagez l'espace autour de l'enfant afin d'éviter qu'il ne se blesse. Tournez-le sur le côté afin qu'il ne s'étouffe pas en cas de vomissement. Ne maintenez jamais à terre un enfant qui convulse et ne tenez jamais sa langue.

  • En cas de convulsion due au paludisme, consultez un médecin. Donnez immédiatement du diazépam. Traitez avec des médicaments antipaludéens (voir Quelques maladies infectieuses graves (en cours d’écriture).
  • En cas de convulsion due à la déshydratation, consultez un médecin. Une fois la convulsion terminée, donnez une boisson réhydratante.
  • En cas de convulsion due à la méningite, consultez un médecin.

Si aucune de ces dangereuses causes de convulsions ne semble probable, une convulsion isolée peut ne pas être inquiétante (bien que voir un enfant convulser peut s'avérer assez impressionnant). Si la convulsion se reproduit, consultez un travailleur de la santé.

Les spasmes dus au tétanos peuvent être pris pour une convulsion. La mâchoire se ferme et devient raide (trismus) et le corps se courbe brusquement. Pour apprendre à reconnaître les signes du tétanos, voir Les premiers secours (en cours d’écriture).

Un enfant allongé avec le dos arqué et le corps raide à cause du tétanos

La méningite

Bien qu'elle soit rare, la méningite est une infection grave qui touche l'enveloppe du cerveau et de la moelle épinière. La plupart du temps, elle se déclenche sans raison apparente et la fièvre en constitue le premier signe. Elle découle parfois d'une autre maladie telle que la tuberculose, la rougeole ou les oreillons.

La méningite causée par la tuberculose peut mettre plusieurs semaines pour se développer.

Les signes
  • Fièvre
  • Forte migraine
  • Vomissement
  • Crises
  • Torticolis — la personne n'arrive pas à mettre sa tête entre ses genoux
  • La personne ne veut pas qu'on le touche — essayer de retenir un enfant le fait pleurer
  • Sensibilité à la lumière
  • Irritabilité, sensibilité et contrariété
  • Léthargie : faiblesse, somnolence ou perte de connaissance
Les signes chez le nouveau-né

L'espace mou (fontanelle) sur le haut de la tête peut gonfler. L'enfant peut vomir ou avoir la diarrhée. Il peut avoir de la fièvre ou une température anormalement basse.

Une main soulevant la tête d'un enfant qui a le cou courbé
Un enfant gémissant dont le cou et le dos sont raides
Normalement, le cou d'un nouveau-né se courbe lorsque vous soulevez sa tête.
À l'inverse, le cou d'un nouveau-né atteint de méningite est raide. Lorsque vous soulevez sa tête, son dos suit le mouvement.
Le traitement

Consultez immédiatement un médecin. Procédez immédiatement à une injection d'ampicilline et de gentamicine.

Si la méningite fait suite au paludisme ou à la tuberculose, traitez également ces maladies. En cas de paludisme cérébral ou de tuberculose cérébrale, voir Quelques maladies infectieuses graves (en cours d’écriture).

La pneumonie (infection pulmonaire)

La toux, le rhume et les problèmes respiratoires peuvent être légers ou sévères. L'infection pulmonaire, appelée pneumonie, est l'un des problèmes les plus graves. La pneumonie est décrite en profondeur dans Les problèmes respiratoires et la toux (en cours d’écriture). La pneumonie est une des principales causes de mortalité chez les jeunes enfants.

Un enfant dont la peau de la poitrine colle aux os
Les signes
  • Une respiration accélérée est le signe le plus important de la pneumonie. Cette augmentation de la fréquence respiratoire se définit :

Chez les nouveau-nés âgés de moins de 2 mois : Plus de 60 respirations par minute.

Chez les nourrissons âgés de 6 à 12 mois : Plus de 50 respirations par minute.

Chez les enfants âgés de 12 mois à 5 ans : Plus de 40 respirations par minute. Tous les enfants respirent plus vite lorsqu'ils pleurent. Essayez de calmer l'enfant. Lorsqu'il cesse de pleurer, posez une main sur son ventre pour mesurer sa respiration. Comptez alors combien de fois il respire par minute.

  • Fièvre
  • Toux
  • Peau de la poitrine qui colle aux os à chaque respiration
  • Perte d'appétit (ne veut pas manger)
Le traitement

Si vous pensez qu'un jeune enfant est atteint de pneumonie, traitez-le immédiatement avec des antibiotiques.

Donnez-lui 325 mg d'amoxicilline 2 fois par jour pendant 5 jours. Pour un enfant âgé de moins de 12 mois, donnez-lui 187,5 mg (¾ d'un comprimé de 250 mg écrasé) mélangé avec un peu de lait maternel. Cliquez ici pour en savoir plus sur l'amoxicilline. Le cotrimoxazole est également efficace contre la pneumonie.

Donnez-lui abondamment à boire et à manger. L'enfant commencera à se sentir mieux au bout de 2 jours. Si ce n'est pas le cas, il peut y avoir une autre cause telle que la tuberculose, l'asthme ou une infection par des vers qui s'est propagée au niveau des poumons. Si l'état de santé de l'enfant s'aggrave, s'il a des difficultés respiratoires, s'il perd connaissance ou convulse, il lui faut des injections d'ampicilline et de gentamicine et, si possible, une consultation médicale.

La prévention

Tout ce qui irrite les poumons facilite le développement d'une infection. Fumer affaiblit les poumons et augmente le risque de contracter une pneumonie. Les fumeurs doivent toujours fumer en dehors de la maison et loin des enfants.

Une cuisinière avec cheminée rejettera la fumée en dehors de la maison et protègera les poumons des jeunes filles ou des femmes qui font la cuisine ainsi que ceux des enfants qui se trouvent à proximité.

La pneumonie et la malnutrition

La plupart des enfants qui meurent de pneumonie sont mal-nourris. La malnutrition les affaiblit trop pour combattre l'infection.

Un enfant maigre en train de mendier

Tout le monde respire plus facilement lorsque les enfants ont suffisamment de nourriture saine chaque jour.

La toux

La toux est généralement causée par un simple rhume et les médicaments sont inutiles. Soulagez l'enfant avec du thé chaud et sucré, avec des inhalations de vapeur, ou tenez-le dans vos bras et réconfortez-le. Son état devrait s'améliorer au bout d'une semaine.

Les signes indiquant une toux dangereuse
Les signes Peut être...
Une toux persistante pendant 2 semaines ou plus, perte de poids et fièvre Tuberculose

Voir Les problèmes respiratoires et la toux (en cours d’écriture).

Une toux accompagnée d’une respiration accélérée Pneumonie
Une toux sèche durant la nuit lorsque l'enfant ne semble visiblement pas malade (notamment s'il y a également des sifflements). Asthme
Voir Les problèmes respiratoires et la toux (en cours d’écriture).

Le croup (toux dite « aboyante »)

Une toux « aboyante » ou une toux persistante avec une voix rauque peuvent être des signes du croup. On peut aussi entendre un son aigu quand l'enfant inspire.

Le croup est causé par une infection des voies respiratoires dans la gorge. En général, les antibiotiques sont inutiles dans ce cas. Vous pouvez soulager l'enfant en lui faisant respirer de la vapeur chaude ou en l'emmenant à l'extérieur pour respirer l'air frais nocturne.

Quelquefois, l'intérieur de la gorge gonfle tellement que l'enfant a du mal à respirer. Écoutez ses respirations et emmenez-le dans un établissement médical si vous pensez qu'il n'a pas assez d'air. Certains médicaments peuvent réduire le gonflement.

Un enfant qui tousse fortement avec les larmes aux yeux

La coqueluche

La coqueluche démarre comme un simple rhume (fièvre, nez qui coule, toux). Une ou deux semaines plus tard, la toux empire. Il s'agit de quintes de toux incontrôlables, avec des successions de nombreuses toux rapides. La toux peut être assez forte pour faire vomir la personne.

Après une forte quinte de toux, la personne halète pour reprendre de l'air. Quand elle inspire, elle produit un son aigu caractéristique. La coqueluche peut durer plusieurs mois.

La coqueluche est pénible pour n'importe qui, mais surtout pour un enfant. Un bébé de moins de 1 an peut mourir à force de tousser constamment. Les bébés n'émettent pas toujours le son aigu caractéristique de la coqueluche, ce qui fait qu'il peut être difficile de savoir qu'ils en sont atteints.

Le traitement
  • L'enfant doit se reposer pour éviter de déclencher la toux.
  • Allaitez plus ou donnez d'avantage de fluides et d'aliments.
  • Si l'enfant perd du poids ou semble avoir des difficultés respiratoires, adressez-vous à un professionnel de santé.

La meilleure protection est de veiller à ce que les enfants soient vaccinés contre la coqueluche (DTC). Voir Les vaccins (en cours d’écriture).

La tuberculose

La tuberculose affecte les enfants plus rapidement que les adultes. Si un enfant a une toux persistante pendant au moins 3 semaines, surtout s’il a une fièvre ou s'il habite près d'une personne qui pourrait avoir la tuberculose, voir Les problèmes de respiration et la toux (en cours d’écriture).

La respiration sifflante

La respiration sifflante est un sifflement aigu qui se produit quand on respire. Il vient d'un resserrement à l'intérieur des poumons ou de la gorge et peut accompagner un rhume ou un problème plus grave. Si la respiration sifflante revient de façon récurrente, c'est probablement de l'asthme. La respiration sifflante peut aussi être un signe de la tuberculose, surtout si elle est plus marquée d'un côté du thorax. Voir Les problèmes de respiration et la toux (en cours d’écriture).

Le rhume

Un enfant qui éternue Chez un enfant, un nez qui coule, un mal de gorge ou une toux disparaissent s'il se repose, boit beaucoup de liquides et mange suffisamment. L'enfant se remettra de lui-même sans médicaments. Les antibiotiques sont inutiles dans le cas d'un rhume. Les rhumes peuvent parfois conduire à des infections de l'oreille ou à des maux de gorge.

L’otite

Si un bébé ou un enfant se frotte l'oreille et pleure, c'est peut-être à cause d'une otite. Les otites sont très fréquentes chez les enfants, en particulier après un rhume ou une rhinite. L'intérieur du nez est relié à la partie interne de l'oreille et les microbes parcourent facilement cette courte distance.

Les signes
  • Un enfant plus âgé peut dire qu'il a mal à l'oreille.
  • Les bébés pleurent, se frottent les oreilles ou le côté de la tête.
  • Il peut y avoir de la fièvre, un manque d'appétit, des difficultés à dormir ou une irritabilité générale.
Le traitement
Deux gousses d'ail dans un bocal d'huile

Une otite peut être très douloureuse et peut faire beaucoup pleurer les enfants. Mais si l'enfant a une bonne santé générale et est bien nourri, l'otite disparaît le plus souvent d'elle-même. L'acétaminophène peut aider à gérer la douleur. Vous pouvez aussi essayer de soulager l'enfant avec de l'huile à l'ail, un remède à préparer chez soi. Faites tremper une gousse d'ail dans de l'huile végétale toute une nuit. Déposez-en ensuite quelques gouttes dans l'oreille plusieurs fois par jour.

Quand doit-on donner des antibiotiques
Une personne retire le pus de l'oreille d'un garçon à l'aide d'un petit rouleau de papier
Retirez le pus à l'aide d'un petit rouleau de papier ou de tissu doux.

Donner de l'amoxicilline ou du cotrimoxazole peut être une bonne idée si l'enfant est déjà en mauvaise santé. Ces enfants ont du mal à lutter contre les infections et l'otite a tendance à durer longtemps. Une longue otite ou des otites fréquentes peuvent conduire à la surdité. Donnez toujours des antibiotiques lorsque :

  • Du pus ou du sang s'écoule de l'oreille.
  • L'otite ne s'atténue pas après plusieurs jours.
  • Un bébé de moins de 6 mois a une otite.
Les signes de danger

Adressez-vous à un professionnel de santé si vous constatez l'un des signes suivants :

NWTND cfc Page 19-1.png
Une douleur et un gonflement derrière l'oreille peuvent être liés à une infection osseuse dangereuse appelée mastoïdite.
  • Douleur dans l'os derrière l'oreille
  • Maux de tête, étourdissement ou convulsion
  • Léthargie (enfant très fatigué ou très faible)
  • Perte d'audition, surdité
La prévention

Il arrive parfois qu'un enfant se mette quelque chose dans l'oreille. Essayez de nettoyer l'oreille avec une seringue sans aiguille que vous aurez remplie d'un mélange mi-eau, mi-peroxyde d'hydrogène ou vinaigre. Ou bien, si vous veillez bien à ne pas toucher l'intérieur de l'oreille, vous pouvez retirer l'objet avec une petite pince à épiler. En tout cas, évitez de mettre quoi que ce soit dans l'oreille. Cela risque d'apporter des microbes dans l'oreille ou de perforer le tympan accidentellement. Même une petite égratignure peut s'infecter.


Une femme qui allaite son bébé

Les bébés allaités sont moins sujets aux otites.

Augmentation du volume des amygdales
les amygdales

Le mal de gorge

Les maux de gorge viennent généralement d'un rhume. L'intérieur de la gorge est rouge et l'enfant a mal quand il avale. Les amygdales (2 nœuds lymphatiques qui ressemblent à des bosses de chaque côté, au fond de la gorge) peuvent grossir et devenir douloureuses ou se couvrir de pus.

Le traitement
  • Donnez beaucoup de jus de fruits, tisane et autres fluides.
  • Apprenez à l'enfant à se gargariser avec de l'eau chaude salée (½ cuillère à café de sel par verre d'eau).
  • Donnez-lui du paracétamol contre la douleur.

Pour la plupart des maux de gorge, les antibiotiques ne servent à rien et ne devraient pas être utilisés. Mais un cas particulier appelé angine est dangereux pour les enfants et doit être traité à la pénicilline.

Les signes de l'angine
  • Gonflement et pus (petites traces blanchâtres) au fond de la gorge
  • Ganglions lymphatiques gonflés ou douloureux dans le cou, en-dessous des oreilles
  • Fièvre
  • Pas de toux ni de nez qui coule

Si un enfant présente 3 ou 4 de ces signes, l'infection est susceptible d'être une angine et doit être traitée (à la pénicilline ou à l'amoxicilline pendant 10 jours par voie orale, ou en une seule injection de pénicilline G - benzathine-benzyl). Une culture de gorge est le seul moyen sûr de connaître l'origine d'un mal de gorge, et doit être utilisée si elle est disponible.

Une angine non traitée peut devenir une maladie douloureuse et dangereuse appelée fièvre rhumatismale.

La fièvre rhumatismale
La fièvre rhumatismale survient à la suite d'une angine et touche en général les enfants de 5 à 15 ans. Si un enfant présente certains des signes ci-dessous 2 à 4 semaines après avoir eu une angine, il peut s'agir d'une fièvre rhumatismale :

  • Douleurs dans les articulations, en particulier les poignets et les chevilles
  • Articulations enflées, chaudes et rouges
  • Fièvre
  • Taches cutanées ou bosses sous la peau arrondies ou en forme d'anneaux sur le corps, les bras ou les jambes, mais pas sur le visage
  • Mouvements incontrôlés du visage, des pieds ou des mains (que l'on appelle la chorée ou danse de Saint-Vitus)
  • Faiblesse, essoufflement, douleurs dans la poitrine

Un enfant avec des articulations enflées et chaudes

Si vous pensez que l'enfant peut souffrir d'une fièvre rhumatismale, donnez-lui de la pénicilline pour traiter l'infection. Adressez-vous à un professionnel de santé. La fièvre rhumatismale endommage et affaiblit le cœur. C'est ce que l'on appelle une cardiopathie rhumatismale et elle peut handicaper une personne ou même provoquer une mort précoce.

Un enfant avec la bouche ouverte

La diphtérie

La diphtérie est une maladie dangereuse qui commence avec un mal de gorge et un peu de fièvre. Au bout de quelques jours, le fond de la gorge peut se recouvrir d'une couche grise ou blanche. Souvent, l'enfant a la voix enrouée, son cou se gonfle et il a une mauvaise haleine. Ce gonflement et cette couche grise ou blanche peuvent lui rendre la respiration difficile ou impossible.

Le traitement
  • Adressez-vous à un professionnel de santé. Il existe une antitoxine qui peut être disponible.
  • Donnez-lui de l'érythromycine ou de la pénicilline.
  • Faites-le se gargariser avec de l'eau tiède légèrement salée.
  • Faites-lui respirer de la vapeur chaude pour faciliter la respiration.

Si la couche au fond de la gorge s'épaissit au point que l'enfant a du mal à respirer, essuyez-la à l'aide d'un tissu propre.

La diphtérie est facilement évitée avec le vaccin DTC. Assurez-vous qu'il existe un programme de vaccination dans votre communauté et faites vacciner vos enfants.

La rougeole

Un enfant avec une éruption cutanée sur le visage et le thorax

Les premiers signes de la rougeole sont de la fièvre, le nez qui coule, des yeux rouges et irrités et une toux. Ces signes apparaissent une dizaine de jours après avoir entré contact avec une personne atteinte de la rougeole. Viennent ensuite des taches dans la bouche et de la diarrhée. Enfin, une éruption cutanée apparaît derrière les oreilles et sur le cou, se répand sur le visage et le corps, et enfin sur les bras et les jambes.

Le traitement

L'enfant atteint de la rougeole peut se remettre en l'espace de 5 à 10 jours si vous l'aidez à boire, à manger et à se reposer :

  • Faites-lui boire beaucoup de liquides. Si l'enfant a la diarrhée ou des signes de déshydratation, faites-le boire une solution de réhydratation régulièrement.
  • Continuez à allaiter votre enfant s'il est encore au sein. Laissez-le téter aussi souvent et pour aussi longtemps qu'il le souhaite. S'il a du mal à prendre le sein, donnez-lui le lait maternel à l'aide d'une cuillère.
  • Proposez à l'enfant de petites portions de nourriture à de nombreuses reprises chaque jour. S'il a du mal à avaler la nourriture solide, proposez-lui des soupes, des bouillies et des jus de fruits.
  • Donnez-lui du paracétamol ou de l'ibuprofène pour atténuer la douleur et la fièvre.
  • Donnez-lui de la vitamine A.


Le principal danger de la rougeole est qu'elle peut conduire à d'autres maladies plus graves. C'est surtout le cas des enfants qui souffrent de malnutrition, du VIH ou d'une autre maladie. Si l'un des problèmes ci-dessous survient, traitez-le rapidement :

  • Diarrhée : Traitez-la avec une boisson réhydratante. Adressez-vous à un professionnel de santé si l'état de l'enfant ne s'améliore pas dans les 2 jours.
  • Otite : Une otite provoquée par la rougeole peut provoquer la surdité. Traitez la douleur d'oreille immédiatement à l'amoxicilline ou au cotrimoxazole.
  • Détérioration de la vue : La rougeole peut rendre aveugle. Pour l'éviter, donnez de la vitamine A à tous les enfants atteints de rougeole.
  • Pneumonie : Si l'enfant atteint de rougeole respire plus vite que la normale ou que sa respiration est difficile, traitez-le contre la pneumonie.
  • Méningite : Adressez-vous à un professionnel de santé si l'enfant se comporte anormalement, a très mal à la tête, est pris d'une convulsion ou s'évanouit. Cliquez ici pour en savoir plus sur la méningite.
La prévention

Tous les enfants doivent être vaccinés contre la rougeole (voir Les vaccins - en cours d’écriture). Si un enfant a la rougeole, vous pouvez essayer de protéger les autres enfants de la famille et de l'école en les faisant vacciner rapidement. Gardez un enfant atteint de la rougeole à la maison et, si possible, à l'écart de ses frères et sœurs qui ne sont pas malades. Toutefois, il est possible que ses frères et sœurs soient aussi infectés même s'ils n'en ont pas encore les symptômes. Il vaut donc mieux que vous les gardiez tous à la maison jusqu'à ce que vous soyez sûrs qu'ils sont en bonne santé. Cela évite de contaminer le reste de la communauté. On ne peut contracter la rougeole qu'une seule fois dans sa vie, ensuite on en est immunisé.

La rubéole

Une femme enceinte reste loin d'une mère dont l'enfant a une éruption cutanée
La rubéole a des répercussions très sérieuses sur le fœtus d’une femme enceinte. Les femmes enceintes doivent rester à l'écart d'enfants atteints de rubéole.
Les signes
  • Fièvre modérée, inférieure à 38,3° C (100° F)
  • Légère éruption cutanée qui démarre sur le visage et se propage vers le bas du corps
  • Gonflement des ganglions lymphatiques derrière les oreilles et à l'arrière du cou et de la tête

Chez les enfants et les jeunes adultes, la rubéole est moins sérieuse que la rougeole. Elle commence à disparaître d'elle-même au bout de 3 ou 4 jours.

Chez les femmes adultes, la rubéole peut provoquer des douleurs aux genoux, aux poignets et aux doigts.

La seule façon fiable de protéger les femmes enceintes de la rubéole est de vacciner tous les enfants de la communauté.

La varicelle

La varicelle cause une fièvre légère et de petites rougeurs qui démangent. Ces rougeurs commencent en général sur le corps et se propagent sur le visage, les bras et les jambes. Plus tard, elles se transforment en cloques ou en boutons qui peuvent éclater et se dessécher.

La varicelle disparaît en général au bout d'une semaine. Mais le fait de se gratter favorise la pénétration des germes et de la saleté sous la peau et peut entraîner des infections cutanées.

Il faut donc distraire l'enfant pour l'empêcher de trop se gratter. Coupez les ongles de l'enfant courts et gardez-les propres. Ou mettez-lui des moufles ou des chaussettes sur les mains. Soulagez la démangeaison avec des morceaux de tissu trempés dans des flocons d'avoine cuits et refroidis et dans de l'eau. Un antihistaminique comme le chlorphénamine peut aider à réduire les démangeaisons.

La varicelle peut être prévenue grâce à la vaccination (voir Les vaccins - en cours d’écriture). Si vous avez déjà reçu le vaccin ou avez déjà eu la maladie, vous êtes immunisé.

La gale

La gale cause une éruption accompagnée de démangeaison sur les côtés, les mains, les bras, les jambes, ou le pénis. C'est une maladie courante chez les enfants. Pour en savoir plus sur la gale et les autres problèmes de peau, voir Les problèmes de peau, d’ongles et de cheveux (en cours d’écriture).

Les oreillons

Un enfant avec un gonflement au niveau de la mâchoire sur un côté de son visage

Les oreillons commencent avec de la fièvre, de la fatigue, un mal de tête, ou une perte d'appétit. Ouvrir la bouche ou manger peut être douloureux. En 2 jours, un gonflement souple au toucher mais douloureux apparaît sous les oreilles à l'angle de la mâchoire, comme ceci.

Le gonflement peut apparaître sur un côté de la tête puis se propager de l'autre côté.

La maladie disparaît d'elle-même en 10 jours environ. Si le gonflement ne disparaît pas, il peut s'agir d’autre chose. La malnutrition et le VIH (voir Le VIH et le SIDA - en cours d’écriture) peuvent causer un gonflement des ganglions lymphatiques situés sous les oreilles, ce qui ressemble beaucoup aux oreillons.

Il est rare que les oreillons affectent les oreilles ou le cerveau. Consultez immédiatement un professionnel de santé si quelqu'un souffrant des oreillons présente des symptômes de méningite ou a des problèmes d'audition.

Les oreillons peuvent être prévenus grâce à la vaccination (voir Les vaccins - en cours d’écriture).

La polio

Un enfant avec deux béquilles

La polio est une maladie grave. Cela commence comme un rhume, avec de la fièvre, de la diarrhée, des vomissements et des courbatures musculaires. D'ordinaire l'enfant se remet rapidement. Mais dans quelques cas, la polio peut endommager les muscles.

Les enfants deviennent faibles, en général dans une jambe. Quelquefois la jambe devient paralysée. Si la jambe demeure paralysée, elle restera maigre et petite alors que l'autre jambe grandira normalement. Si vous voyez qu'un enfant a des problèmes pour bouger tout ou une partie de son corps (paralysie), consultez immédiatement un professionnel de santé.

La polio peut être douloureuse. La prise d'acétaminophène ou d'ibuprofène peut aider, tout comme de baigner le membre affecté dans l'eau chaude. Il est important de faire fonctionner régulièrement les membres affectés afin de limiter les effets incapacitants de la maladie. Voir le chapitre 7 de L’enfant handicapé au village.

La prévention

Faites vacciner tous les enfants contre la polio. Les campagnes de vaccination ont si bien réussi que la polio a disparu de nombreuses régions du monde. Si tous les enfants sont vaccinés, la maladie disparaîtra complètement.

Le VIH et le SIDA

Le VIH affaiblit les défenses du corps contre les maladies ; on attrape ainsi plus facilement la pneumonie, la tuberculose, la diarrhée, et d'autres maladies. Il est important de découvrir le plus tôt possible si un enfant a le VIH.

Si vous répondez « oui » à l'une des questions suivantes, veuillez lire Le VIH et le SIDA (en cours d’écriture).

  • Le VIH est-il courant là où vous vivez ?
  • Êtes-vous un père ou une mère qui pourrait avoir le VIH ?
  • Vous occupez-vous d'une femme enceinte qui pourrait avoir le VIH ?
  • Vous occupez-vous d'un enfant qui pourrait avoir le VIH ?
  • Vous occupez-vous d'un petit enfant qui ne grandit pas bien, et tombe malade plus souvent que d'autres jeunes enfants ?


Les médicaments contre le VIH peuvent aider un enfant atteint du VIH à vivre longtemps et en bonne santé.