Hesperian Health Guides

Travail pour le changement

une femme utilisant le langage de signes.
Les femmes handicapées ont les mêmes préoccupations que les autres femmes enceintes. Nous voulons une grossesse et un accouchement sans risque.
Ce que les familles et les donneurs de soins peuvent faire :
  • Nous aider à avoir plus de nourriture et de repos.
  • Voir le côté positif de la grossesse.
  • S’assurer que nous faisons les visites prénatales et nous accompagner lors des examens médicaux.
  • Être disposés à nous aider à tout moment.
Ce que les sages-femmes, les médecins et les autres agents de santé peuvent faire :

Les agents de santé seront en mesure de vous aider si vous commencez tôt les visites prénatales, ou même des visites avant la grossesse. Étant donné que peu de médecins, d’infirmiers/infirmières, et autres agents de santé ont de l’expérience dans la prise en charge des femmes handicapées, nous pouvons les aider à apprendre ce qui est naturel pour nous et la manière dont nos handicaps peuvent (ou ne peuvent pas) affecter la grossesse. Les agents de santé peuvent également :

  • Chercher des informations sur les difficultés éventuelles auxquelles une femme handicapée est (ou n’est pas) confrontée pendant la grossesse.
  • S’informer sur les choses que nous pouvons faire. Par exemple, ne pas supposer que nous ne pouvons pas accoucher par voie basse. Se rappeler que le fait qu’une femme soit handicapée, ne veut pas dire que son utérus est endommagé. Même si son corps et ses jambes sont paralysées, son utérus pourra toujours se contracter et faire sortir un bébé.
  • Former un groupe de femmes handicapées pour des conseils sur l’alimentation équilibrée, les médicaments et les examens médicaux pendant la grossesse.
  • S’assurer que nous avons des soins médicaux faciles à utiliser pendant la grossesse.
Des femmes handicapées améliorent l’accès aux soins de santé en Ouganda

Disabled Women’s Network and Resource Organization in Uganda (DWNRO) œuvre à aider les professionnels de la santé à comprendre les besoins des femmes handicapées. Leurs principales préoccupations sont l’accessibilité, la disponibilité et l’attitude. Par exemple, lorsque des femmes enceintes handicapées sont maltraitées par le personnel de l’hôpital, elles perdent l’estime de soi et ne repartent plus pour des visites prénatales. Elles peuvent avoir des problèmes plus tard pendant la grossesse ou à l’accouchement, qui auraient pu être évités avec des contrôles réguliers.

un agent de santé saluant une femme handicapées dans une clinique tandis que 2 autres femmes chuchotent.
Viens à l’intérieur, Sara. Je t’attend.
Je ne savais pas qu’une femme comme elle pouvait avoir un enfant.


Le DWNRO a tenu des ateliers régionaux avec des médecins et des sages-femmes sur le manque d’accès aux hôpitaux et aux services, tels que les soins post-natals, les balances, les tables d’examen et la communication appropriée avec les femmes sourdes et aveugles. Certains hôpitaux ont rendu les services plus accessibles, et un groupe de femmes sourdes a récemment formé un groupe de sages-femmes sur le langage de signe. Le DWNRO travaille maintenant à informer les femmes handicapées de ces services afin qu’elles puissent les réclamer.



Cette page a été mise à jour : 07 août 2020