Hesperian Health Guides

Comment apprendre la sexualité

De nombreuses filles handicapées connaissent les rapports sexuels pour la première fois lorsqu’on abuse d’elles ou lorsqu’on les amène à avoir des rapports sexuels par la ruse. Les agents de santé, la famille, les amis et les donneurs de soins peuvent faire participer les filles et femmes handicapées dans les discussions sur la sexualité et la féminité. Le fait de tenir compte des filles handicapées dans les programmes d’éducation sexuelle et de les former sur la sexualité peut permettre de les protéger contre les hommes qui veulent profiter d’elles. Pour plus d’informations sur les abus sexuels, voir le Chapitre 14.

une femme en fauteuil roulant qui parle.
Je n’ai jamais reçu d’éducation sexuelle. J’entendais ma mère en parler à d’autres femmes, mais elle ne m’en a jamais parlé. Elle n’a jamais pensé que je puisse me marier, donc elle n’a pas jugé nécessaire de m’en parler.

Dans certaines communautés, les filles apprenaient la féminité auprès d’une aînée qui est respectée par sa communauté. Dans d’autres communautés, les filles bénéficient de cérémonies spéciales lorsqu’elles deviennent des femmes. Toujours dans d’autres communautés, les groupes de filles se rassemblent pour des partages d’expérience. Elles apprennent les unes des autres en parlant des coiffures et vêtements à la mode, de leurs petits-amis, de leurs stars de la pop préférées. Les filles handicapées doivent être impliquées dans ces rassemblements.

une femme handicapée qui parle.
J’ai appris la sexualité en écoutant les autres femmes parler. J’aurais aimé que quelqu’un m’en parle directement, pour que je puisse avoir mes propres questions à poser.
une femme portant un bandeau à l’œil et qui  parle.
Ma mère ne m’a jamais donné de détails. Lorsque je lui en demandais, elle menaçait de frapper. La plupart du temps, je l’ai appris auprès de mes amies.
une femme aveugle qui parle.
Ma tante savait que je pourrais me marier, donc elle m’a enseignée la sexualité tout comme les autres filles.
WWD Ch7 Page 142-5.png

Les filles et femmes handicapées doivent avoir des informations sur la féminité, la sexualité et les relations.

Comment trouver un partenaire aimable

Tout comme les autres femmes, vous méritez un partenaire qui vous respecte et qui prend soin de vous. Vous méritez un partenaire qui sera attentif à vous et qui vous traitera bien. Vous méritez de trouver quelqu’un qui vous aime pour qui vous êtes—un partenaire qui valorise vos forces et qui vous aidera à surmonter les difficultés. Vous méritez un partenaire qui veut votre aide, votre confiance et votre amour.

De nombreuses femmes qui ont des partenaires aimables disent qu’ils refusent de croire aux mauvaises idées sur le handicap. Elles ont des compétences et trouvent les moyens pour soutenir leurs familles. Elles apprennent également à se respecter. Lorsque vous vous respectez et vous vous valorisez, vous avez des chances de trouver un partenaire qui vous respecte également. Pour plus d’informations, voir le chapitre sur l’estime de soi.

une femme qui parle.
Après mon accident, j’ai eu une bosse et il m’était difficile de me déplacer. Mais j’ai rencontré un homme aimable qui a été attiré par ma personnalité et mon courage. Il aime la manière dont je relativise mes difficultés. Lorsqu’il m’a demandé en mariage, j’ai accepté. Maintenant, nous avons un enfant.
une femme qui parle.
Avant que mon partenaire ne me demande en mariage, nous avons largement parlé de mon handicap. Il m’a dit qu’il m’acceptait tel que je suis. Il m’a promis de ne jamais avoir honte de moi. Nous nous sommes mariés sur la base de la confiance et du respect—et nous avons eu deux enfants.
une femme qui parle.
Mon époux et moi sommes tombés amoureux lorsque nous travaillions ensemble. Nos parents se sont rencontrés et ont organisé le mariage. Sa mère était très gentille avec nous, mais certains de ses proches ne voulaient pas m’accepter. Mon époux est un fonctionnaire d’état et ils ont pensé qu’il ne pourrait pas voyager avec une femme handicapée. Au début, j’ai été affectée par ces opinions, mais avec le soutien de mon époux, nous sommes parvenus à voyager ensemble et à bâtir une relation forte.


Lorsqu’une fille est instruite et a des aptitudes professionnelles, elle a plus de chances de trouver un partenaire aimable. En général, un emploi lui donne plus d’opportunités et l’estime de soi. Et il est plus facile pour les autres de croire qu’une femme handicapée qui a un emploi pourrait contribuer aux besoins de la famille.

Partenaires violents

Parfois, une femme sent qu’elle est obligée de se contenter de tout type de partenaires, même celui qui abuse d’elle, ou celui qui ne peut pas prendre soin d’elle, soutenir sa famille et elle-même. Souvent, une femme accepte d’être avec une personne qui lui fournira de l’argent pour soutenir sa famille. Une femme peut également pratiquer le commerce sexuel pour se nourrir ou pour subvenir à ses besoins afin de survivre. Quelques fois, c’est la femme qui travaille et l’homme récupère l’argent. Il lui dit qu’elle devrait être reconnaissante de l’avoir.

Lorsque la femme est valorisée par sa famille, sa communauté et elle-même, elle a des relations sexuelles avec une personne qui la traite bien. Elle refusera que ses partenaires la battent ou abusent d’elle.

Les mariages arrangés

Dans certaines communautés, les familles arrangent les mariages pour leurs filles. Lorsque c’est le cas, la femme handicapée devient moins importante que toute autre femme. Sa famille peut arranger son mariage avec toute personne qui voudra d’elle, même si ce dernier la maltraitera. La femme elle-même peut accepter le mariage parce qu’elle ne se valorise pas ou elle pense que personne d’autre ne voudra d’elle.

Parfois, l’époux peut exiger de la famille une dot plus élevée ou d’autres cadeaux parce que leur fille est handicapée. La femme handicapée peut également devenir la seconde épouse et elle recevra un traitement différent de celui la femme qui n’est pas handicapée. Si un homme exige plus d’argent ou de cadeaux pour combler le handicap d’une femme, c’est le signe qu’il ne la respecte pas en tant que femme. Souvent, il abusera d’elle en utilisant d’autres méthodes également (voir Chapitre 14)).

Les maris de minuit

Dans certains pays, un homme rendra visite à une femme handicapée seulement pendant la nuit pour des rapports sexuels. Ensuite, il s’en ira le matin pendant qu’il fait toujours sombre. Ces hommes sont souvent appelés les maris de minuit. Généralement, ils arrêteront de lui rendre visite lorsqu’elle contracte une grossesse, et ils n’apportent presque jamais de soutien financier pour prendre soin de l’enfant.

un homme qui parle de l’extérieur d’une maison à une femme soucieuse qui se trouve à l’intérieur.
Laisse-moi entrer s’il te plait. Je t’aime et je veux te voir.
Que dirait-il si je lui dis que je suis enceinte ?

Comment ressentir du plaisir des rapports sexuels

C’est naturel pour une femme de vouloir partager du plaisir sexuel avec son partenaire. Toutefois, une femme peut ne pas ressentir du plaisir pendant les rapports sexuels. De nombreuses raisons peuvent expliquer ceci. Lorsque son partenaire est un homme, il ne peut pas savoir que le corps d’une femme réagit différemment aux attouchements sexuels plus que celui d’un homme. La femme peut avoir entendue que les femmes devraient plus jouir des rapports sexuels que les hommes, ou qu’elle ne devrait pas dire ce qu’elle aime à son partenaire, que son partenaire soit un homme ou une femme.

Un homme couché sur une natte avec une femme handicapée.
Une femme peut avoir des rapports sexuels avec un homme, une femme, ou se masturber.

Le handicap d’une femme peut l’empêcher de ressentir du plaisir. Elle peut également avoir besoin de trouver différentes méthodes pour avoir des rapports sexuels qui lui procurent du plaisir—particulièrement si elle vient d’être victime de handicap. Tout comme elle prend soin de son hygiène personnelle au quotidien en tenant compte de son handicap, elle peut également avoir des rapports sexuels adaptés à son handicap de sorte à en tirer du plaisir.

Comment le corps réagit au plaisir sexuel

Les hommes et les femmes ressentent le désir sexuel, mais leur corps réagit différemment aux pensées et attouchements sexuels. Lorsque les hommes et les femmes ont des pensées sexuelles ou lorsqu’ils sont touchés sexuellement, ils s’excitent. Plus ils ont des pensées sexuelles ou sont touchés sexuellement, plus ils sont excités. Il est plus facile d’observer l’excitation sexuelle chez l’homme au niveau de son pénis qui s’endurcit.

Le corps de la femme s’excite également, mais il est difficile de l’observer. Le clitoris s’endurcit et peut prendre du volume, et les lèvres ainsi que les parois du vagin deviennent sensibles au toucher. Le vagin devient humide avec un liquide clair et gluant. Les mamelons peuvent également prendre du volume et devenir sensibles.

Si le toucher et la pensée sexuels continuent, la tension sexuelle monte jusqu’à ce qu’elle atteigne son maximum de plaisir et l’orgasme (jouir). Lorsque l’orgasme est atteint, l’énergie et la tension sont libérées dans le corps, particulièrement dans le vagin. En général, après l’orgasme, une femme se sent détendue et très à l’aise.

Lorsqu’un homme atteint son maximum de plaisir, son pénis secrète du sperme, un liquide contenant des spermatozoïdes (l’éjaculation). Après l’orgasme, son corps se détend et son pénis se ramolli à nouveau.

Le fait de toucher son clitoris est généralement le moyen pour qu’une femme atteigne l’orgasme. Elle peut également atteindre l’orgasme à partir du frottement à l’intérieur de son vagin avec le pénis ou les doigts. Ses seins et son anus peuvent aussi être sensibles au toucher. Une femme a généralement besoin de plus de temps pour atteindre l’orgasme, contrairement à un homme.

La plupart des femmes ont la possibilité d’avoir un orgasme, mais leur corps et leur expérience diffèrent. Les femmes qui ont moins de sensations dans le bas du corps peuvent avoir besoin de plus de pression et de toucher ferme sur le clitoris, souvent au même moment que la pression sur le vagin afin d’atteindre l’orgasme. Même les femmes atteintes de la lésion de la moelle épinière et les femmes qui ne ressentent rien dans leur corps ont aussi un orgasme, bien que ce soit de manière différente.

Différentes femmes ont différents endroits de leur corps qui leurs procurent du plaisir et qu’elles aiment qu’on touche. La plupart des personnes considère les organes génitaux ou les seins d’une femme comme les parties “sexuelles” de son corps. Toutefois, ses mains, son cou, son visage, et son ventre peuvent également être des endroits sensibles qui lui procurent du plaisir lorsqu’on les touche. Pour les femmes paralysées ou qui sont atteintes de lésion de la moelle épinière, ces endroits peuvent être si sensibles qu’elles ressentent du plaisir tel que l’orgasme lorsqu’on les touche.

Tous les sens—toucher, odorat, ouïe, goût, et vue —peuvent être des moyens importants et satisfaisants pour avoir du plaisir. Chaque personne, homme ou femme, handicapé ou non, expérimente ces sens à sa manière. Pour une femme aveugle, le fait de pouvoir toucher, sentir, et entendre pourrait être le plus important. Pour une femme sourde, le fait de toucher et de voir peut être la partie la plus satisfaisante lors des rapports sexuels.

Une femme peut s’informer sur les parties sensibles de son corps et sur la manière dont elle pourrait atteindre l’orgasme en se masturbant ou en informant son partenaire de ce qu’elle aime. Ceci sera notamment utile pour une femme qui vient d’être victime d’un handicap. Cela peut également apaiser son partenaire de pouvoir connaître les méthodes pour la satisfaire.




Cette page a été mise à jour : 07 août 2020