Hesperian Health Guides

Comment réduire les risques de viol

Il n’existe pas une façon unique et correcte d’agir pour éviter de se faire violer. Mais dans certains cas, il y a des comportements qui peuvent aider une femme à éviter le viol. Ces comportements dépendent de plusieurs choses — si la femme connaît plus ou moins l’homme, si elle a plus ou moins peur, et si elle se sent plus ou moins en danger, par exemple. Mais il ne faut jamais oublier que si une femme est violée, ce n’est pas parce qu’elle n’a pas pu éviter ce viol, mais parce que quelqu’un de plus fort qu’elle l’a forcée.

Ces conseils peuvent vous aider à réduire les risques de viol

Trois femmes assises ensemble travaillent dehors
Protégez-vous.
Travaillez en groupe.
  • Mettez-vous avec d’autres femmes pour travailler. En groupe, vous serez plus fortes et plus en sécurité.
  • Si quelqu’un vous met mal à l’aise, ne le laissez pas entrer chez vous. Arrangez-vous pour qu’il ne sache pas que vous êtes seule à la maison si c’est le cas.
  • Essayez de ne pas marcher seule dans la rue, surtout la nuit. Si vous devez aller quelque part toute seule, marchez la tête haute, en ayant l’air très sûre de vous. La majorité des violeurs vont essayer de repérer quelqu’un qui paraît facile à agresser.
  • Si vous pensez qu’on vous suit, essayez de marcher dans une autre direction, ou d’aller vers quelqu’un, vers une maison, ou vers un magasin. Ou au contraire, retournez-vous vers votre suiveur et demandez-lui ce qu’il veut, à voix très haute.
En savoir plus

défense personnelle

  • Portez sur vous ou avec vous quelque chose qui produira un bruit très fort, comme un sifflet. Emportez aussi un objet que vous pourriez utiliser pour vous défendre contre un agresseur : par exemple un bâton ou un produit que vous vaporiserez dans ses yeux, ou même une poudre d’épices piquantes — du poivre ou du piment — que vous lui jetterez à la figure.
  • Si vous êtes attaquée, criez le plus fort possible, ou utilisez votre sifflet. Si cela ne marche pas, frappez tout de suite votre agresseur en essayant de lui faire très mal, pour pouvoir fuir.

Apprenez à obéir à votre intuition (votre sentiment intime)

La plupart des femmes apprennent dès le plus jeune âge à toujours rester polie et à ne vexer personne. Par conséquent, lorsque quelqu’un se comporte d’une manière qui les rend nerveuses, elles peuvent avoir du mal à faire ce que leur dicte leur intuition. Mais faites attention si :

  • vous avez l’impression continuelle que quelque chose ne va pas ;
  • vous avez peur, ou envie de partir ;
  • les commentaires ou les propositions que vous fait un homme vous mettent mal à l’aise ;
  • vous n’aimez pas la façon dont il vous touche.
une jeune femme se pose des questions pendant qu’un jeune homme la tient par le bras
Si je m’enfuis, j’aurai l’air d’une idiote...En fait, il n’y a sans doute rien d’anormal.
Écoutez vos sentiments intimes. Il vaut mieux vexer quelqu’un en vous trompant, qu’être violée.

Vous pouvez trouver très difficile de faire ce que votre intuition vous pousserait à fairee, parce que vous vous vous inquiétez de ce que les autres diront ou penseront. De plus, si l’homme qui vous met mal à l’aise est quelqu’un que vous connaissez ou que vous aimez bien, vous aurez peut-être du mal à admettre qu’il est capable d’abuser de vous. Mais il vaut toujours mieux suivre votre sentiment intime et vous sortir d’une situation qui vous dérange, avant que quelque chose de grave ne se passe.

Assurez-vous que vous pourrez partir :

  • Évitez d’aller quelque part en n’étant accompagnée que d’une personne avec qui vous ne vous sentez pas tranquille, ou que vous ne connaissez pas bien.
  • Assurez-vous d’être toujours capable de rentrer chez vous au moment où vous déciderez de partir. Il vaut mieux ne pas vous déplacer en compagnie d’une personne si vous n’êtes pas sûre de pouvoir revenir sans cette personne.
  • Dites à l’homme qui est avec vous que ses paroles ou ses gestes vous dérangent. S’il ne change pas de comportement, vous devez le quitter immédiatement.
S’il occupe une position d’autorité par rapport à vous (votre employeur, votre médecin, un enseignant, ou un fonctionnaire, par exemple):

Soyez consciente du fait qu’un homme qui n’a pas réussi à dominer une femme au moyen d’une violence sexuelle peut essayer d’exercer cette domination par d’autres manières.

  • La première fois qu’il se comporte d’une façon dérangeante, dites-lui d’arrêter. S’il cherche à profiter de son autorité, il choisira quelqu’un qui est facile à intimider. Montrez-lui que vous n’avez pas peur. Il vous causera moins facilement du tort (par exemple en vous renvoyant, en refusant de vous soigner, ou en rejetant votre demande) si vous réussissez à faire cesser les comportements qui vous gênent avant qu’il ne se soit mis dans une position ridicule.
  • Parlez de lui à d’autres femmes. Vous n’êtes probablement pas la première dont il a essayé de profiter. Si vous devez continuer à le voir, arrangez-vous pour être toujours accompagnée d’un ou d’une amie, de manière à ne jamais rester seule avec lui. Dites aux autres femmes de faire attention.

Aidez les enfants à se protéger des abus sexuels

L’abus sexuel sur un enfant peut continuer pendant de nombreuses années. L’agresseur peut menacer de lui faire du mal, ou même de le/la tuer si il/elle en parle à quelqu’un.

  • Apprenez-leur qu’il peut arriver que quelqu’un les touche sexuellement ; apprenez-leur à reconnaître la différence entre un geste affectueux et un geste sexuel.
  • Si possible, faites dormir filles et garçons séparément, surtout à partir de 10 ou 11 ans.
  • Assurez-vous que les enfants sachent vers qui aller si quelque chose leur arrive.
  • Prenez au sérieux un enfant qui vous dit qu’il/elle se sent mal à l’aise avec un adulte ou un enfant plus âgé — quelle que soit cette personne.