Hesperian Health Guides

Problèmes dus à l’alcool et à la drogue

Problèmes de santé courants

une femme maigre à l’air maladif
Les drogues et l’alcool peuvent causer des dégâts permanents à la santé.

Les personnes qui abusent gravement de drogues ou d’alcool tombent malades plus souvent et plus sérieusement que les autres. Elles risquent plus d’avoir :

  • une mauvaise nutrition, ce qui cause plus de maladies ;
  • un cancer, et des problèmes de cœur, de foie, d’estomac, de poumons, et du système urinaire, avec parfois des dégâts permanents ;
  • des dommages au cerveau, ou convulsions ;
  • des maladies qui se transmettent rapidement après une infection à VIH ;
  • des pertes de mémoire — elle ne sait plus ce qui s’est passé quand elle se réveille ;
  • des problèmes de santé mentale, comme la dépression grave ou l’anxiété. La personne peut aussi voir des choses étranges ou entendre des voix (hallucinations), se mettre à se méfier des gens, ou avoir des flashbacks (courts moments où l’on revit le passé) ;
  • une overdose, c’est-à-dire une trop grande consommation de la substance en une fois, qui peut tuer.


La vie des personnes qui boivent ou se droguent (et celle de leur famille) est aussi plus souvent marquée par des blessures ou la mort, suite à un accident. En effet, sous l’influence de la substance, elles prennent de mauvaises décisions ou des risques inutiles, ou perdent le contrôle de leur corps. Si elles ont des rapports sexuels non protégés, partagent des aiguilles pour s’injecter une drogue, ou vendent du sexe contre de la drogue, elles sont plus à risque d’attraper une hépatite, le VIH et d’autres infections sexuellement transmissibles (IST).

Chiquer, ou mâcher du tabac, présente les mêmes risques que fumer du tabac.

Les drogues qu’on mâche. Le tabac à mastiquer et la noix de bétel gâtent les dents et les gencives, et peuvent causer des lésions dans la bouche, un cancer à la bouche et à la gorge, et d’autres dégâts dans le corps. Le khat cause de la constipation et des problèmes à l’estomac. Beaucoup de drogues à mâcher peuvent causer une dépendance.

L’inhalation (le “sniff”) de colle ou de solvants. Beaucoup de pauvres, et surtout les enfants qui vivent dans la rue, reniflent de la colle et des solvants pour oublier leur faim. Ce type d'inhalation est très addictif et cause de graves problèmes de santé : troubles de la vue, de la pensée et de la mémoire, comportements violents, perte du jugement et du contrôle corporel, grande perte de poids, et même insuffisance cardiaque et mort subite.

Les drogues et l’alcool peuvent avoir des effets plus graves chez la femme

une femme enceinte qui fume, boit, et s’injecte de la drogue. À côté, le mot NON!
Quand une femme enceinte boit, fume, ou prend de la drogue, son bébé fait la même chose.
NON!

En plus des difficultés que rencontre toute personne qui abuse de drogues ou d’alcool, les femmes ont des problèmes de santé spécifiques liés à l’usage de ces substances :

  • Les femmes qui consomment de grandes quantités d’alcool ou de drogue risquent plus d’avoir une maladie du foie que les hommes.
  • Quand elles ont bu de l’alcool ou pris de la drogue, les femmes risquent plus d’avoir des rapports sexuels sans le vouloir, avec pour conséquences possibles, une grossesse non désirée, une infection à VIH ou d’autres IST.
  • Ces substances consommées par une femme enceinte peuvent causer des anomalies à la naissance et des handicaps mentaux chez le bébé, par exemple :
    • des anomalies du cœur, des os, des parties génitales, de la tête et du visage ;
    • un faible poids de naissance ;
    • une croissance (le fait de grandir) ralentie ;
    • des difficultés d’apprentissage et une lenteur mentale ;
    • des problèmes de comportement.


Le bébé peut aussi naître en état de dépendance à la drogue, et souffrir des mêmes signes de manque (ou de sevrage, c’est-à-dire ce qui se passe dans le corps quand on arrête de prendre de la drogue) qu’un adulte.

Les femmes qui abusent d’alcool ou de drogues ressentent plus de honte

Dans la plupart des communautés, le comportement public des femmes est jugé plus sévèrement que celui des hommes. Souvent, on trouve normal que les hommes boivent ou se droguent, mais ce jugement ne vaut pas pour les femmes. Si une femme ne contrôle plus ses actions sous l’effet de l’alcool ou d’une drogue, on la considère comme une “femme facile”, même si elle d’a pas de rapports sexuels avec d’autres.

Pour éviter la honte d'être vue en public quand elle consomme trop d'alcool, la femme a plus tendance à boire régulièrement, sur une longue période, plutôt que beaucoup en même temps. Cette façon de boire lui permet de mieux contrôler son comportement. Elle a aussi plus tendance à cacher sa dépendance et à retarder le moment où elle devra se faire soigner. Tous ces choix augmentent l'impact négatif des substances.



Cette page a été mise à jour : 13 juin 2019