Hesperian Health Guides

L’eau et la santé

 woman carrying an infant, a bag, and a water jug

L’eau est essentielle à la vie. Nous en avons besoin, de même que les animaux et les plantes dont dépend notre survie. Lorsque les communautés ne disposent pas d’approvisionnement en eau adéquat, de nombreux problèmes sanitaires en découlent.

  • Sans eau, les gens ne peuvent pas cultiver assez de nourriture pour subvenir à leurs besoins, ce qui conduit à la malnutrition et aux problèmes de santé qui y sont associés.
  • Quand les individus ne peuvent pas utiliser l’eau pour se laver, ils peuvent être affectés par des infections des yeux et de la peau. D’autres maladies peuvent également se propager plus rapidement lorsque les individus ne peuvent pas rester propres.
  • Ceux qui vont chercher l’eau (en général les femmes et les enfants) passent la plupart de leur temps à voyager et à porter de l’eau, un travail très éprouvant et qui laisse peu de temps pour aller à l’école, effectuer d’autres tâches à la maison ou participer aux activités de la communauté.

L’eau potable

En plus d’avoir assez d’eau, les hommes ont besoin d’une eau qui soit potable et qui ne contienne pas de germes dangereux ou de produits chimiques néfastes. L’eau contaminée peut causer :

NWTND was Page 17-1.png
  • L’hépatite A, la fièvre typhoïde et d’autres maladies mortelles.
  • La diarrhée, qui peut conduire à la déshydratation et entraîner la mort, particulièrement chez les enfants.
  • Des infections telles que la schistosomiase qui peut conduire à l’anémie et à la malnutrition.


Plusieurs méthodes pour purifier l’eau sont décrites ci-dessous. Il est également important que votre communauté prenne des mesures pour empêcher que l’eau devienne polluée ou qu’elle se raréfie.

Lorsque les enfants ont suffisamment d’eau salubre, ils sont en meilleure santé et souffrent moins de diarrhée.

Collecter l’eau

L’eau devrait être collectée à l’endroit le plus propre possible. Lorsqu’on collecte l’eau dans les rivières, il faut la collecter en amont des :

 « ruisseau à côté d’une ferme et d’un village, avec une vache en train de déféquer, des ordures et une personne qui y lave du linge »
fermes qui utilisent des pesticides et engrais chimiques
endroits où les gens ou les animaux font leurs besoins
endroits où les gens se baignent, lavent la vaisselle ou le linge
lieux de pollution provenant des habitations (déchets, essence, huile, etc.)


Collecter l’eau de pluie

 « morceaux de bambou accrochés à un toit pour récupérer l’eau de pluie »

L’eau de pluie est facile à récupérer des toits dans des récipients placés à côté de la maison. Les meilleurs toits pour attraper l’eau sont ceux en métal ou en tôle ondulée. L’eau doit être traitée (voir ci-dessous) pour la rendre potable car il pourrait y avoir des microbes sur le toit provenant de la poussière, d’excréments d’oiseaux ou d’autres animaux. Les toits fabriqués avec du plomb, de l’amiante ou du goudron contiennent des produits chimiques toxiques qui rendent l’eau collectée sur les toits impropre à la consommation. Assurez-vous que votre récipient est propre et n’a jamais été utilisé pour stocker des produits chimiques comme de l’huile ou des pesticides.

Rendre l’eau potable

Rendre l’eau potable est l’un des meilleurs moyens de prévenir la diarrhée et les maladies. Quelle qu’en soit la source, l’eau devra être traitée si elle contient des microbes. Ce n’est pas parce que l’eau qui s’écoule des tuyaux, des réservoirs ou des puits est claire que cela signifie qu’elle n’est pas contaminée ou qu’elle n’a pas besoin d’être traitée.

Pour choisir la méthode de traitement de l’eau à utiliser, pensez à la quantité d’eau dont vous avez besoin, avec quoi elle a été contaminée et quelles ressources sont disponibles. Le tableau ci-dessous peut vous aider à choisir la méthode à utiliser si vous savez qu’un problème particulier est commun dans votre région. La méthode à utiliser peut varier selon la saison ou l’endroit où vous vous trouvez. Vous pouvez par exemple utiliser une certaine méthode à votre domicile et une autre lorsque vous travaillez dans les champs.

Problème Méthodes de filtrage Méthodes de désinfection
Filtre en tissu Filtre au charbon Ébullition Chloration Exposition au soleil Jus de citron ou de citron vert
Virus (hépatite A, typhoïde, etc.)
NWTND was Page 19-1.png
NWTND was Page 19-1.png
NWTND was Page 19-1.png
Bactéries (shigelle, E. coli, etc.)
NWTND was Page 19-1.png
NWTND was Page 19-1.png
NWTND was Page 19-1.png
NWTND was Page 19-1.png
Amibe
NWTND was Page 19-1.png
NWTND was Page 19-1.png
Giardia
NWTND was Page 19-1.png
NWTND was Page 19-1.png
NWTND was Page 19-1.png
NWTND was Page 19-1.png
Cryptosporidiose
NWTND was Page 19-1.png
NWTND was Page 19-1.png
Choléra
NWTND was Page 19-1.png
NWTND was Page 19-1.png
NWTND was Page 19-1.png
NWTND was Page 19-1.png
NWTND was Page 19-1.png
NWTND was Page 19-1.png
Ce tableau décrit les microbes et parasites tués par les différentes méthodes. La goutte d’eau indique que cette méthode est efficace pour tuer ce microbe.


S’il y a plusieurs causes de maladies transmises par l’eau à l’endroit où vous vivez (ce qui est souvent le cas), la meilleure solution est de combiner deux méthodes : filtrage et désinfection.

Filtrer l’eau

Il existe plusieurs moyens de filtrer l’eau pour la rendre plus salubre. Les filtres en tissu et au charbon sont décrits ci-dessous. Les autres types de filtres, tels que filtres lents sur sable et filtres céramiques, sont décrits au chapitre 6 du Un Guide communautaire de la santé environnementale.

Si l’eau n’est pas claire, laissez-la tout d’abord reposer dans un récipient pendant quelques heures pour permettre à la saleté, aux éléments solides et aux parasites de tomber au fond du récipient. Versez l’eau claire dans le filtre. Essayez de ne pas remuer la saleté qui s’est déposée au fond du récipient. Ensuite, nettoyez le récipient.

Les filtres en tissu

Au Bangladesh et en Inde, les gens utilisent un filtre de tissu finement tressé pour retirer les microbes responsables du paludisme de l’eau destinée à la consommation. Le microbe responsable du paludisme s’accroche souvent à un minuscule animal qui vit dans l’eau, et filtrer ces animaux permet de filtrer également la plupart des microbes responsables du paludisme. Vous pouvez fabriquer un filtre en tissu avec des mouchoirs, des draps ou toute autre matière telle que le tissu utilisé pour faire les saris. Un vieux tissu fonctionne mieux car les fibres usées rendent les espaces du tissage plus serrés et donc plus efficaces pour filtrer.

=  « deux femmes filtrent de l’eau en la versant dans une jarre à travers un tissu »
  1. Laissez l’eau reposer dans un récipient de manière à ce que les éléments solides coulent au fond.
  2. Pliez le tissu quatre fois et étirez-le ou attachez-le sur l’ouverture d’un autre récipient ou d’une jarre.
  3. Versez lentement l’eau du premier récipient à travers le tissu dans le deuxième récipient ou dans la jarre. Utilisez toujours le même côté du tissu, sinon les microbes pourraient passer dans l’eau.
  4. Après avoir utilisé le tissu, lavez-le et faîtes-le sécher au soleil. Cela permet de tuer les microbes qui auraient pu rester dans le tissu. Pendant la saison des pluies, désinfectez le tissu avec de l’eau de Javel.

Les filtres au charbon

Pour fabriquer un filtre au charbon, vous aurez besoin de deux seaux en métal ou en plastique, un marteau, 1 ou 2 grands clous, un seau de gros sable et un quart de seau de charbon de bois.

  1. Percez des trous dans le fond de 1 des 2 seaux. Lavez le seau. Celui-ci sera le « seau-filtre ».
  2. Lavez le sable en le rinçant dans de l’eau et en l’égouttant jusqu’à ce que l’eau qui s’écoule soit claire.
  3. Placez une couche de 5 cm de sable propre dans le seau-filtre et versez l’eau dessus. L’eau doit s’écouler par les trous. Si l’eau ne s’écoule pas, agrandissez les trous. Si le sable s’écoule, les trous sont trop grands. Si tel est le cas, enlevez le sable, couvrez les trous avec un tissu fin et remettez le sable.
  4. Réduisez le charbon en petits morceaux. Le charbon actif fonctionne mieux mais du charbon de bois ordinaire fera également l’affaire. N’utilisez jamais de briquettes de charbon, c’est du poison !
  5. Déposez une couche de 8 cm de charbon en petits morceaux au-dessus du sable. Remplissez ensuite le seau avec encore plus de sable propre jusqu’à ce que le sable soit à une hauteur de 10 cm en dessous du bord du seau.
  6. Placez deux bâtons au-dessus du deuxième seau et posez le seau-filtre sur les bâtons. Versez de l’eau claire dans le seau-filtre. Quand l’eau qui s’écoule dans le seau de récupération est claire, le filtre est prêt à être utilisé.
     « verser de l’eau dans un filtre au charbon »
    Seau-filtre
    Espace de 10 cm
    Sable
    8 cm de charbon
    5 cm de sable
    Bâtons pour tenir le seau
    Seau de collecte propre
  7. Laissez l’eau reposer avant de la verser dans le filtre.

Comme les microbes qui sont filtrés vont se développer sur le charbon, il est important d’enlever et de nettoyer le charbon toutes les quelques semaines si le filtre est utilisé quotidiennement, ainsi qu’à chaque fois que le filtre n’a pas été utilisé pendant quelques jours. Pour nettoyer le charbon, sortez-le du filtre et faîtes couler de l’eau dessus jusqu’à ce qu’elle s’écoule rapidement. Laissez sécher, en plein soleil si possible. Replacez ensuite le charbon dans le filtre.

Il est encore plus prudent de désinfecter l’eau après l’avoir filtrée en la faisant bouillir, en y ajoutant du chlore ou en l’exposant au soleil.

Faire bouillir l’eau

NWTND was Page 23-1.png
Faire bouillir l’eau pendant une minute tue les microbes et rend l’eau potable.

Portez l’eau à ébullition. Laissez bouillir pendant une minute complète puis retirez la marmite du feu et laissez-la refroidir. Dans les montagnes de haute altitude, l’eau doit bouillir pendant trois minutes.

Faire bouillir l’eau peut en modifier le goût, surtout si on la fait bouillir sur un feu de bois. Si vous n’aimez pas le goût, versez l’eau refroidie dans une bouteille et secouez-la. Le fait de la secouer ajoute de l’air dans l’eau et en améliore le goût.

Faire bouillir l’eau après avoir préparé le repas, mais avant que le feu ne s’éteigne, est un bon moyen de faire des économies de bois.

Le chlore

La quantité de chlore nécessaire pour désinfecter l’eau dépend de la manière dont l’eau a été contaminée. Plus il y a de microbes dans l’eau, plus il faut de chlore pour les tuer. Si la quantité correcte est utilisée, l’eau aura une petite odeur et un petit goût de chlore. C’est ce qui vous indique que vous pouvez la boire. S’il y en a trop, l’odeur et le goût seront forts et désagréables.

On peut trouver le chlore à des concentrations différentes. Les quantités indiquées ci-dessous expliquent comment utiliser de l’eau de Javel à usage domestique contenant 5 % de chlore (hypochlorite de sodium) pour désinfecter l’eau. Veuillez lire l’étiquette pour savoir quel est le pourcentage de chlore contenu dans votre eau de Javel. Si l’eau de Javel contient 3 % de chlore, vous devrez en utiliser davantage. Si l’étiquette de votre eau de Javel donne des instructions pour désinfecter l’eau, suivez ces instructions. N’utilisez pas d’eau de Javel à laquelle du savon ou du parfum a été ajouté.

Si l’eau est trouble ou si elle contient beaucoup de matières solides, filtrez l’eau avant d’y ajouter le chlore.

Eau Ajouter de l’eau de Javel (à 5 %)
Pour 1 quart ou 1 litre
NWTND was Page 23-2.png
NWTND was Page 23-3.png 2 gouttes
Pour 1 gallon ou 4 litres
NWTND was Page 23-4.png
NWTND was Page 23-5.png 8 gouttes
Pour 5 gallons ou 20 litres
NWTND was Page 23-6.png
NWTND was Page 23-7.png ½ cuillère à café
Pour un baril de 200 litres
NWTND was Page 23-8.png
NWTND was Page 23-9.png 5 cuillères à café

Après avoir ajouté la bonne quantité de chlore, mélangez bien et attendez au moins 30 minutes avant de la boire. Si l’eau n’a pas une petite odeur ou un petit goût de chlore après avoir ajouté la quantité indiquée, rajoutez la même quantité. Mélangez et attendez avant de la boire.

NWTND was Page 24-1.png

L’exposition au soleil

C’est dans les pays proches de l’équateur que l’exposition au soleil (désinfection solaire) fonctionne le mieux car c’est là que le soleil y est le plus fort. Si vous vous trouvez plus au nord ou plus au sud, il faut davantage de temps pour que l’exposition au soleil fasse effet.

Commencer par filtrer l’eau pour la rendre plus claire permettra de la désinfecter plus rapidement. Nettoyez une bouteille en plastique ou en verre, ou un sac en plastique. Il est préférable d’utiliser des bouteilles de boissons gazeuses en plastique. Remplissez la bouteille à moitié puis secouez-la pendant 20 secondes. Cette action ajoute des bulles d’air, ce qui permet de désinfecter l’eau plus rapidement. Remplissez ensuite la bouteille à rebord. Placez la bouteille dans un endroit où il n’y a pas d’ombre et où les gens et les animaux ne la dérangeront pas, sur le toit d’une maison, par exemple. Laissez la bouteille en plein soleil pendant au moins 6 heures ou pendant 2 jours si le temps est nuageux.

 “2 moitiés de citron et 1 bouteille d’un litre”
Utilisez 1 citron vert ou 1 citron pour chaque litre d’eau

Le jus de citron ou de citron vert

Ajoutez le jus d’un citron ou d’un citron vert à 1 litre d’eau et laissez reposer pendant 30 minutes. L’acide contenu dans le jus tuera la plupart des microbes responsables du choléra ainsi que d’autres microbes. Cette méthode n’est pas très bonne car elle peut laisser beaucoup de microbes dans l’eau, mais elle vaut mieux qu’aucun traitement, particulièrement dans les régions où le choléra sévit.

Conservez l’eau dans de bonnes conditions

Une fois que l’eau a été filtrée et désinfectée, elle doit être stockée dans de bonnes conditions. Sinon, elle pourra facilement être recontaminée. L’eau stockée dans des réservoirs dont les parois sont fissurées pourrait devenir insalubre. Il en est de même avec les récipients dont le couvercle n’est pas hermétique, est de mauvaise qualité ou manquant car ils n’empêchent pas l’eau d’être contaminée par des microbes.

Les réservoirs et citernes qui sont couverts sont plus efficaces pour stocker l’eau que ceux qui sont ouverts parce que les moustiques et les escargots ne peuvent pas survivre dans des récipients fermés. Entreposez l’eau le plus près possible de l’endroit où elle sera utilisée.

L’eau stockée peut également devenir insalubre si on la touche avec des récipients sales, ou des mains sales. Il va de même lorsque l’eau propre est versée dans un récipient sale ou lorsque de la saleté ou de la poussière entre dans l’eau.

Pour empêcher l’eau d’être contaminée lorsqu’elle est stockée :

« un récipient d’eau et une louche avec un grand manche »
nous faut des réseaux publics de distribution d’eau qui puissent approvisionner l’ensemble de
  • Versez l’eau sans toucher l’embouchure du récipient ou bien utilisez une louche propre avec un long manche pour sortir l’eau du récipient. Ne laissez pas la louche entrer en contact avec quoi que ce soit sinon elle contaminera l’eau propre la prochaine fois que vous l’utiliserez.
  • Videz et nettoyez le récipient avec de l’eau chaude toutes les 2 ou 3 semaines.
  • Assurez-vous que les récipients restent couverts.
  • Assurez-vous que les verres restent propres.
  • Ne stockez jamais d’eau dans des récipients ayant servi pour des pesticides ou des produits chimiques toxiques.
  • Ne traitez pas plus d’eau que ce dont vous avez besoin sur le court terme, si possible. Pour boire et préparer les repas, cela correspond normalement à environ 5 litres par personne et par jour.
NWTND was Page 25-2.png Les récipients à embouchure étroite empêchent mieux les microbes d’entrer. Ils sont donc plus appropriés pour stocker l’eau.

De l’eau pour tous

La bonne santé est directement liée à un accès à de l’eau de bonne qualité et en quantité suffisante. Cela signifie que notre droit à la santé dépend de notre droit à l’eau. Même si nous pouvons faire des efforts pour protéger les sources d’eau, la traiter pour la rendre potable, notre santé sera toujours menacée si l’exploitation minière, les écoulements d’engrais et de pesticides ou les usines polluent notre eau.

Les gouvernements et les communautés doivent travailler ensemble pour protéger, améliorer et étendre les réseaux d’eau de manière à approvisionner la population en eau salubre en quantité suffisante. Les entreprises privées déclarent que, si nous leur laissons prendre le contrôle de notre eau, elles pourraient offrir de meilleurs services que les entreprises publiques, tout en continuant de faire des bénéfices. C’est ce qu’on appelle la privatisation de l’eau. Mais ce qui finit généralement par arriver, c’est que le prix de l’eau augmente, et la population n’a plus accès à l’eau qui est en fait la sienne. Ce type de situation entraîne de graves problèmes sanitaires lorsque les individus utilisent moins d’eau que ce dont ils ont besoin ou qu’ils la collectent là où ils peuvent la trouver gratuitement, même si cela signifie que l’eau est contaminée par des microbes ou des produits chimiques toxiques.

Pour pouvoir garder la population et l’environnement sains, il nous faut des réseaux publics de distribution d’eau qui puissent approvisionner l’ensemble de la population en eau potable. Des réseaux de distribution d’eau contrôlés par les communautés peuvent être mis en place de manière à ce que la santé des hommes, et non pas la recherche de profits, soit la priorité absolue.