Hesperian Health Guides

L’histoire de Juanita


Juanita vit dans les montagnes de l’ouest du Honduras, où son mari Raul et elle cultivent du maïs sur un petit lopin de terre. Mais leur terre ne produit pas assez pour leur permettre de nourrir leurs 3 enfants, et Raul doit partir plusieurs fois par an vers la côte, avec d’autres hommes du village, et travailler dans les plantations de banane.
: une femme assise sur une latrine à l’air libre

Trois semaines environ après que son mari est revenu de son dernier voyage sur la côte, Juanita a remarqué qu’elle avait plus de pertes vaginales que d’habitude. Puis, elle s’est mise à avoir mal chaque fois qu’elle urinait. Elle s’est rendu compte que quelque chose n’allait pas, mais elle n’avait aucune idée de ce que cela pouvait être.

Juanita a décidé de demander de l’aide à son amie Suyapa. Celle-ci lui a proposé de boire des tisanes de soies de maïs, parce que cela l’avait déjà aidée elle-même les fois où elle avait eu des douleurs en urinant. Juanita a donc essayé les tisanes — mais ni la douleur, ni les écoulements ne se sont arrêtés. Suyapa a alors recommandé le remède qu’une autre amie, María del Carmen, avait utilisé pour éliminer les douleurs qu’elle avait eues après son accouchement. La sage-femme de la communauté avait donné un petit sac de coton rempli d’herbes médicinales à María pour qu’elle l’attache autour de son ventre. Quand ce remède non plus n’a pas marché pour Juanita, celle-ci s’est dit que de mettre les herbes elles-mêmes dans son vagin serait sans doute plus efficace. Mais rien ne changeait, douleurs et écoulements continuaient de la gêner.

En fin de compte, Juanita a décidé de consulter un soignant (un personnel de santé), Don Pedro. Elle n’était pas à l’aise à l’idée de se faire examiner par un homme, mais à ce stade, elle avait vraiment peur d’avoir quelque chose de grave.

Quelle est la nature du problème ?


un soignant en train de poser des questions
Don Pedro a expliqué à Juanita que pour pouvoir l’aider, il devait obtenir le plus de renseignements possibles sur la maladie. Il a donc posé ces questions à Juanita :
  • Quand avez-vous remarqué le problème pour la première fois ?
  • Quels signes vous ont-ils fait comprendre que quelque chose n’était pas normal ?
  • Vous avez souvent ces signes ? Décrivez-les moi.
  • Est-ce que vous avez déjà eu ces signes ? Y a-t-il quelqu’un dans votre famille ou dans votre communauté qui les a déjà eus ?
  • Est-ce qu’il y a quelque chose qui fait diminuer les signes, ou au contraire qui les empire ?


Certaines maladies sont difficiles à différencier les unes des autres

Après avoir attentivement écouté Juanita qui décrivait sa douleur et ses écoulements vaginaux, Don Pedro lui a expliqué que les signes nous indiquent souvent le type de problème de santé dont il s'agit. Mais parfois, des maladies différentes peuvent causer les mêmes signes. Par exemple, un changement dans la quantité, la couleur ou l'odeur des pertes vaginales d'une femme pourrait être causé par :

  • une infection sexuellement transmissible (IST) ;
  • une infection du vagin qui n’est pas sexuellement transmissible ;
  • une maladie inflammatoire pelvienne (MIP), c’est-à-dire une infection de l’utérus et des trompes de Fallope, souvent causée par une IST ;
  • un cancer du cervix (ou col de l’utérus).

Pour se faire une meilleure idée du problème qui, parmi ces 4 possibilités, pourrait causer les signes observés par Juanita, Don Pedro devait savoir si Juanita et son mari se servaient de capotes (ou préservatifs), et si l’un ou l’autre avaient d’autres partenaires sexuels. Juanita a admis qu’elle pensait que son mari pouvait en avoir eu, étant donné qu’il partait travailler loin de la maison pendant des mois. Mais comme ils n’en avaient jamais parlé ensemble, elle n’en était pas sûre. Pourtant, la dernière fois qu’il était rentré, son mari s’était plaint de ressentir des douleurs quand il urinait. Il disait que c’était à cause de la nourriture qu’il mangeait là-bas, sur la côte.

En apprenant ces détails supplémentaires, Don Pedro a dit qu’il pensait que Juanita avait probablement une IST, soit une gonorrhée, soit une chlamydiose. Comme il est difficile de faire la distinction entre ces maladies, il était préférable de les traiter toutes les deux.


Cette page a été mise à jour : 17 avr. 2019