Hesperian Health Guides

Former un groupe de donneurs de soins

L’un des meilleurs moyens d’améliorer la santé des donneurs de soins est de d’échanger les uns avec autres. Les donneurs de soins et les personnes handicapées ont besoin du soutien des autres qui ont vécu des expériences similaires. Le fait de parler de vos besoins et de vos sentiments aux autres peut vous aider à vous sentir moins isolé. Vous pouvez aussi partager des idées avec les autres donneurs de soins sur la manière de faciliter les choses et de mettre en place des systèmes de soutien pour vous et toutes les personnes handicapées que vous assistez.

une femme assise dans un fauteuil roulant, parlant.
J’ai besoin de soins à tout le temps. J’ai un groupe de participants et d’amis qui ont formé un réseau dénommé "Prendre soin de Mai". Ils échangent, se réconfortent, et se soutiennent. Ils m’aiment tous, et je les aime aussi. C’est comme un grand cercle.

S’il existe déjà un groupe, et si vous savez qu’il y’a d’autres donneurs de soins dans la communauté, ce sera à vous d’en former un. Certains des groupes les plus forts et les plus actifs ont été formés grâce à l’idée d’une personne. Un groupe qui collabore peut résoudre les problèmes et faire mieux que si chaque membre travaille seul.

Pour former un groupe :

Cherchez 2 ou plusieurs donneurs de soins qui veulent former un groupe de soutien. Si vous ne connaissez aucune femme où il y’a une personne handicapée, un agent de santé peut connaitre d’autres familles dans les communautés environnantes.

Décider du moment et du lieu de rencontre. Cela permet de choisir un lieu où tout le monde se sentira à l’aide pour s’exprimer ; peut-être une salle dans un centre de santé, un centre communautaire, une coopérative, ou un lieu de culte. Au cours de la première rencontre, discutez de l’objet de la rencontre et de ce que vous espérez faire.

Une personne sera probablement le leader des premières rencontres. Mais il est important que personne ne prenne des décisions pour le groupe. Chacun doit avoir l’opportunité de s’exprimer. Essayez de garder la discussion centrée sur les raisons principales de la rencontre. Après les premières rencontres, dirigez le groupe à tour de rôle. Le fait qu’une différente personne dirige chaque rencontre aidera les membres timides à participer.

2 personnes dans un groupe, parlant.
Nous avons découvert que nous avons tous le même type de problèmes.
Je peux ouvertement parler de mes problèmes et avoir des conseils sur ce qu’il faut faire.
Ensemble, nous aidons nos enfants et nous-mêmes.
un homme conduisant une auto-pousse avec de nombreux enfants à l’arrière.

Dans une communauté pauvre de Bangalore, en Inde, de nombreuses familles d’enfants et d’adultes handicapées ont formé un groupe de soutien. Elles se rencontrent une fois par semaine pour échanger et élaborer des plans afin de promouvoir et de demander des services à la communauté au profit des personnes handicapées. Elles possèdent et utilisent également beaucoup d’auto-pousse (taxis motos à 3 roues) pour déposer et aller chercher les enfants handicapées à l’école.

Apprendre à se soutenir dans le groupe

Parfois, les personnes qui aident toujours les autres sont trop occupées pour penser à leurs propres sentiments. Ou elles pensent qu’elles n’ont pas le droit de se sentir contraries, ou que seule la femme handicapée devrait se sentir contrariée. Même lorsque des personnes se connaissent bien, il n’est pas évident de se sentir à l’aise pour parler de sentiments, d’expériences, et de défis liés au travail des donneurs de soins.

Il est plus facile pour certains de s’exprimer dans un groupe que pour d’autres. Mais le fait de parler ne constitue pas le seul moyen à travers lequel les gens peuvent exprimer leurs pensées et leurs sentiments. Essayez diverses activités, telles que la chanson, les poèmes, les histoires pour aider chacun à participer aisément. Certaines personnes s’expriment mieux en dessinant ou en poignant des images.

un homme et une femme parlant.
Pourquoi devons-nous partager nos problèmes avec tout le voisinage ?
Omar, qui peut nous aider mieux que nos amis ? Nous prenons tous soin d’une personne en situation de handicap, donc nous devons avoir certains des mêmes problèmes.


Voici quelques suggestions pour aider les membres du groupe à se sentir à l’aise et à se faire confiance :

Ecouter ce que les autres disent. Pensez à la façon dont vous voulez que les autres vous écoutent, et essayez de les écouter de la même façon.

Essayez de ne pas dire aux autres personnes ce qu’il faut faire. Vous pouvez aider les autres à comprendre comment ils se sentent, et partager vos propres expériences. Mais chacun doit prendre ses propres décisions en ce qui concerne la meilleure manière d’assister les personnes handicapées.

Le groupe de soutien peut être le lieu où un donneur de soins peut exprimer sa colère et pleurer à cause d’une frustration. En partageant des expériences et des idées, vous pouvez vous aider mutuellement à trouver des moyens de changer les causes de ces sentiments.

2 hommes et une femme s’exprimant dans un groupe.
Rosa se met très en colère lorsque j’essaie de changer notre routine quotidienne. Avez-vous des idées qui peuvent m’aider ?
Marie a l’habitude de faire de même. Puis, nous y avons discuté. C’est plus facile.
Comment as-tu amené Mari à discuter avec toi ? Nous avons le même problème avec notre fille.

Planification de l’action

Un groupe de personnes qui travaillent ensemble peuvent prendre des mesures pour résoudre plusieurs problèmes. Voici quelques étapes utiles pour agir :

  1. Choisir un problème que la plupart des membres du groupe trouvent utile. Bien qu’il faille probablement beaucoup de changement, votre groupe peut être plus efficace si les membres travaillent sur un seul problème à la fois. Au début, choisissez un problème que votre groupe peut résoudre rapidement. Puis, et fur et à mesure que le groupe apprend à collaborer, vous pouvez travailler sur des problèmes plus complexes.
    une femme et 2 hommes s’exprimant dans un groupe.
    Ma mère s’occupe de ma fille maintenant, mais sa santé se détériore.
    J’ai un nouveau travail en ville. Je n’ai pas assez de temps pour faire ce qui doit être fait à la maison et prendre soin de ma femme.
    J’ai besoin de quelqu’un pour s’occuper de ma femme les jours de marché.


  2. Décidez de la façon dont vous voulez résoudre le problème. Citez plusieurs manières dont le problème pourrait être résolu et choisissez celui qui convient mieux aux forces et aux ressources de votre groupe.
    2 femmes et un homme s’exprimant dans un groupe.
    Nous pourrions tous probablement utiliser l’aide de cette façon. Pourquoi n’essayons nous pas de cotiser pour recruter quelqu’un ?
    J’aimerais que quelqu’un m’aide à ramasser le bois et à préparer le temps de temps en temps. Ainsi, j’aurais plus de temps pour aider ma mère en situation de handicap.
    Manisha cherche du travail.


  3. Elaborez un plan. Les membres du groupe devront faire diverses choses pour effectuer les travaux. Essayez de fixer une date à laquelle chaque travail doit être effectué.
    une femme et un homme s’exprimant dans un groupe.
    Je saurai combien nous devrions payer quelqu’un.
    Je demanderai à Manisha si elle est intéressée par ce travail.
  4. Lorsque vous rencontrerez encore, parlez du déroulement du travail. Ajustez votre plan si des difficultés surviennent.
    une femme, un homme et une autre femme s’exprimant dans un groupe.
    Manisha peut-elle préparer un repas pour chacun ?
    Non, pas encore. Il faut beaucoup de temps pour ramasser du bois pour nous tous, donc elle n’a pas eu assez de temps pour cuisiner.


    C’est une grande aide, étant donné que nous ne devons pas nous occuper de l’eau et du bois nous-mêmes.


une femme parlant.
J’ai beaucoup appris des femmes handicapées que j’assiste. Leur détermination m’inspire beaucoup. Elles m’ont apprise, par exemple, que nous pouvons franchir les obstacles et vivre une vie pleine et riche.




Cette page a été mise à jour : 17 déc. 2021