Hesperian Health Guides

Partagez votre savoir

À part ce que leur enseigne les livres et les professeurs, les sages-femmes apprennent beaucoup de ce qu’elles savent auprès des unes et des autres, et des familles dont elles s’occupent. Et les sages-femmes peuvent améliorer le niveau de santé quand elles partagent leurs connaissances avec la communauté.

Partagez votre savoir avec d’autres soignants et sages-femmes

Les sages-femmes peuvent travailler ensemble pour s’entraider. Si une sage-femme tombe malade ou ne peut pas travailler, une autre pourra aider les femmes dont sa collègue devait s’occuper. Les sages-femmes peuvent aussi apprendre et partager entre leurs connaissances. Dans certaines communautés, les sages-femmes se communiquent leurs savoirs de l’une à l’autre, en parlant de leur travail avec honnêteté. Certaines sagesfemmes organisent des rencontres tous les 2 ou 3 mois, pour comparer leurs informations et partager leurs ressources. À l’occasion de rencontres de sages-femmes, vous pouvez :

trois sage-femmes qui discutent ensemble.
La prochaine fois, je vérifierai la température d’une femme en travail. Comme ça, je pourrai découvrir les infections plus tôt.
une femme qui lit un livre éducatif
  • prendre la parole à votre tour, pour raconter des choses qui se sont passées pendant les accouchements que vous avez assistés. Assurez-vous de parler des cas d’accouchements difficiles et des erreurs que vous avez pu faire. Il est difficile d’admettre ses propres erreurs, mais ce peut être un beau cadeau fait aux autres si c’est une occasion d’en tirer une leçon. D’autres sages-femmes pourraient expliquer ce qu’elles auraient fait de la même manière que vous, et ce qu’elles auraient fait différemment. Pour protéger la vie privée des mamans, ne mentionnez jamais leur nom.
  • demander à d’autres soignants de venir rencontrer votre groupe. Par exemple, un guérisseur traditionnel pourrait venir parler des plantes médicinales locales qui peuvent combattre les infections. Ou un groupe de sages-femmes pourrait venir discuter avec des infirmières d’une maternité locale d’un moyen de collaborer.
  • échanger des livres éducatifs (y compris celui-ci !) avec les autres sages-femmes. Si personne n’a beaucoup d’argent, peut-être qu’un groupe de sages-femmes pourrait se cotiser pour acheter un livre à se partager.
  • vous exercer à représenter des femmes qui ont différents problèmes de santé, en jouant des rôles. Par exemple, une personne peut jouer le rôle d’une femme enceinte qui ne mange pas assez d’aliments sains. Une autre sera une sage-femme qui écoute et donne des conseils. Chaque actrice expliquera par la suite ce qu’elle a ressenti, et les autres membres du groupe parleront de ce qu’elles-mêmes feraient de manière différente. Assurez-vous que chaque sage-femme puisse jouer l’un des rôles.
un groupe de sage-femmes observent deux autres qui jouent des rôles.
  • utiliser les différentes capacités des participantes. Une sage-femme qui sait stériliser les instruments, par exemple, peut montrer aux autres comment le faire.

Partagez votre savoir avec la communauté

En tant que sage-femme, vous donnez des conseils, vous traitez des problemes, et vous sauvez des vies. Mais les gens decident eux-memes ce qu’ils veulent manger, comment ils veulent travailler, et les choix qu’ils doivent faire. En communiquant des informations, les sages-femmes peuvent aider les populations à prendre leurs propres decisions en étant mieux informées. C’est pourquoi votre premièr tâche, en tant que sage-femme, est d’enseigner.

On peut enseigner n’importe où et n’importe quand. Quand, pendant un examen médical, vous expliquez ce que vous faites à une femme, ou quand vous posez une question, vous enseignez. Quand vous expliquez au mari que le planning familial est aussi de sa responsabilité, vous enseignez. Même au marché, ou à une réunion communautaire, ou chaque fois que vous rencontrez les autres, vous avez une occasion d’enseigner.

Enseigner dans des classes

Certains sujets de discussion profiteraient à beaucoup de membres de la communaute. Si possible, organisez des rencontres pour les femmes enceintes, les familles, ou d’autres membres de la communaute. Vous pouvez expliquer :

  • comment le corps fonctionne ;
  • comment choisir et utiliser les méthodes de planning familial ;
  • comment se nourrir correctement et prendre soin de soi pendant la grossesse ;
  • comment accoucher dans de bonnes conditions de sécurité ;
  • comment prendre soin de soi après un accouchement, et comment allaiter.


Une oreille
Vos oreilles sont vos deux outils les plus importants.

L’enseignement necessite de la pratique. Le premier pas est d’écouter. Quand vous saurez ce que les gens savent déjà, vous pourrez les aider à améliorer ces connaissances. Et quand vous écoutez, vous apprenez vous-mêmes des choses auprès de ceux à qui vous enseignez.

Par exemple, quand un groupe de femmes veut en savoir plus sur les infections sexuellement transmissibles (IST), vous pouvez d’abord demander à chacune de dire ce qu’elle sait déjà à ce sujet. Les femmes ont sans doute appris des choses sur les IST à travers des livres, des cours, des discussions avec d’autres femmes, ou parce qu’elles ont déjà eu une IST elles-mêmes.

Après l’échange de connaissances, faites leur poser des questions. Certaines sauront répondre elles-mêmes aux questions des unes et des autres. Vous pourrez probablement rajouter quelques informations médicales importantes, et faire des remarques si l’une ou l’autre des participantes a des croyances inexactes. En faisant discuter le groupe, vous pourrez identifier ce que les participantes auraient vraiment besoin d’apprendre, et vous les aiderez à réaliser combien elles en savent déjà. Une personne qui est sûre d’avoir compris un problème est plus capable de le résoudre.

Montrez du respect envers les participantes, et assurez-vous que vous leur parlez de choses qui sont importantes pour elles.

  • Asseyez-vous en cercle. Cela vous met au même niveau que les autres, et montre que vous n’êtes pas la seule personne à avoir des connaissances.
  • Préparez-vous. Pensez à ce que vous voulez dire avant de l’enseigner.
  • Utilisez plusieurs méthodes d’apprentissage. Les gens apprennent de manières différentes, et tous apprennent mieux quand ils apprennent la même chose par des moyens différents. Après l’échange sur les IST, le groupe pourrait jouer une petite scène sur ces infections, ou fabriquer des affiches, pour associer la communauté à cet apprentissage.
une sage-femme partage ses connaissances avec un groupe de femme assises.
Vous avez toutes dit que vous voulez savoir ce qu’il faut manger pendant la grossesse et après l’accouchement. À votre avis, qu’est-ce qu’on doit manger pour s’alimenter correctement ?
J’ai appris qu’on ne doit pas manger de viande quand on allaite. Ça peut faire du mal au bébé.
Ce n’est pas vrai ! On doit manger de la viande parce que ça enrichit le sang.
Mais nous n’avons pas les moyens d’acheter de la viande !
Le fait de poser des questions peut vous aider à comprendre ce que les gens savent déjà, ce qu’ils veulent savoir, et quelles difficultés ils rencontrent.


Rappelez-vous que certaines personnes ont l’habitude de parler en public, et que d’autres ont peur de le faire. Encouragez les femmes à participer, surtout celles qui sont peu scolarisées, ou celles qui sont trop timides pour dire ce qu’elles pensent. Vous trouverez des informations sur les façons d’enseigner qui permettent aux gens à vraiment apprendre, dans le livre Helping Health Workers Learn.

Partagez vos connaissances avec les gens que vous soignez

Au moyen d’informations précises, toute femme peut connaître son corps et comprendre comment il fonctionne, et donc prendre des décisions raisonnables en ce qui concerne sa santé. Chaque fois que vous rencontrez une femme à l’occasion d’une grossesse ou pour d’autres soins, expliquez-lui ce que vous êtes en train de faire, et pourquoi vous le faites. Répondez à toutes les questions qu’elle pourrait avoir au sujet de son corps, ou de sa santé.

Quand vous ne savez pas, dites-le

Personne ne connaît toutes les réponses. Certains problèmes n’ont tout simplement pas de réponse facile ! Quand vous ne connaissez pas la réponse, admettez-le, et les gens auront confiance en ce que vous savez effectivement.



Cette page a été mise à jour : 11 sept. 2019