Hesperian Health Guides

Vivre en étant infertile

 une femme touche le bras d’une autre femme en lui parlant
Je comprends ce que tu ressens, tu sais. Moi non plus, je ne peux pas avoir d’enfant.
En savoir plus

entraide, groupes de soutien

L’infertilité peut créer chez la femme ou chez l’homme des sentiments de tristesse, de nervosité, de solitude, de frustration ou de colère.

Quand cela vous arrive, il faut savoir que vous n’êtes pas seule. Essayez de parler avec de gens qui vous aiment et qui tiennent à vous. Vous pourrez peut-être aussi trouver d’autres couples qui partagent le même problème, et apprendre à vous aider les uns les autres.

Les histoires ci-dessous racontent comment certaines personnes ont réagi à leur infertilité:

L’adoption d’un enfant : l’histoire de Lina

Lina avait 25 ans et avait été mariée 3 fois. Elle était très malheureuse car chacun de ses maris avait divorcé d’elle parce qu’elle ne tombait pas enceinte. Les gens parlaient d’elle au village et l’accusaient, en disant qu’elle avait certainement usé de magie avant son mariage pour éviter de tomber enceinte, et que la magie avait dû agir si fort qu’elle était maintenant infertile.


Ses sœurs avaient toutes des enfants, et Lina s’occupait parfois d’eux. Sa grande sœur avait la tuberculose, et elle était très malade quand elle a accouché de jumeaux. Lina a demandé si elle pouvait adopter l’un d’eux, et sa sœur a été d’accord. Lina est allée au centre de santé pour demander à la soignante de l’aider à trouver un moyen de nourrir le bébé. Celle-ci lui a appris à faire boire le bébé dans une tasse, et a trouvé une autre femme du village, en bonne santé, qui allaitait son enfant et pourrait aussi nourrir le bébé de Lina. Donc, la nuit, Lina nourrissait le bébé à la tasse, avec du lait qu’une autre sœur lui donnait chaque soir.

une femme tenant un petit enfant


Les amis et voisins de Lina n’étaient pas sûrs que le bébé arriverait à rester en bonne santé. Mais quand ils ont vu que le bébé grandissait et devenait bien solide, ils en ont été heureux et sont devenus fiers de Lina. En fait, on a commencé à considérer Lina comme une experte dans le soin des enfants adoptés. Quand une mère dans le village est morte en accouchant, on a donné le bébé à Lina pour qu’elle l’élève.

Les jumeaux ont grandi maintenant, et les gens disent souvent que celui qui a été adopté par Lina est plus grand et plus fort que l’autre. Et ils jugent que c’est grâce aux soins et à l’amour de Lina.

— Bundoora, Australie

Se construire une vie sans enfants : l’histoire de Sara et de Tito

Sara et Tito ont longtemps essayé d’avoir des enfants, mais ils n’en ont pas eu. Au début, ils étaient tristes parce que dans leur communauté, on considère que les couples doivent avoir le plus d’enfants possibles. Mais un jour, ils ont arrêté de penser que leur vie n’était pas complète sans enfants, et ont choisi d’organiser leur avenir.


Ils ont décidé de commencer un commerce, et de voyager de ville en ville, de marché en marché, pour vendre des casseroles et d’autres objets. S’ils avaient eu des enfants, il leur aurait été très difficile de voyager ainsi.

une femme et un homme un peu âgés ; ils ont l’air heureux


Maintenant que Sara et Tito sont plus âgés, les gens disent qu’ils se ressemblent, de visage et dans leurs attitudes. Ils s’occupent l’un de l’autre, rient beaucoup ensemble et ont de nombreux amis. Ce ne sont pas des grands-parents, comme leurs voisins, mais ils ont beaucoup d’histoires intéressantes à raconter. Ils ont le respect de toute la communauté.

— Lima, Pérou